Bad Juju! You no logged in or no introduced to the frogman. Log-in or register. Or suffer mucho hoo-doos.
Agence France Press does not know the basics of ballistic

«« December 2002 • Archive: January 2003 • February 2003 »»

31st

01/2003


There's a lot of effervescence within the ranks of the Axis of Weasels' foot soldiers.

Sphincters are slackening and knickers bottoms are sullying. Jubilation and prepubescent excitation are reaching high grounds.

Just think about it: nothing less than 41 American Nobel laureates signed a declaration last Monday opposing the unilateral attack of Iraq by the United States.

Consequently, and rather ironically, the very same prepubescent foot soldiers who would usually dedicate their life disgorging America through each and every sorry orifice they're endowed with, suddenly welcome the association of terms such as «Nobel», «American» and «opposing war» as if it was a messianic revelation, a new Epiphany or, to make a long story not so short, the incontrovertible evidence that not only God exists but he is also wearing a flowered shirt and he his on their side.

Unfortunately, in their opinionated efforts to avoid filling up the chronic emptiness of their thought, the Axis of Weasels' foot soldiers scrupulously restrain themselves from going beyond this simple association of terms that is eventually nothing more than a catchy opening sentence.

We call that «a title», to make it short.

Thus we observe once again, that the Axis of Weasels' prepubescent foot soldiers satisfies themselves with the big titles and then fall back in the contemplation of Big Brotherish TV shows, feeling comforted in the correctness of their political consciousness without perceiving its vacuousness.

Too bad.

Too bad for those who can't avoid to put up with them of course. As for the foot soldiers themselves, I guess it's fucked up already.

When the dissident frogman is confronted with such assocation of terms as «Nobel», «American» an «opposing war» he's tempted to have a look further.

For if the dissident frogman was to take the exact off balance of the Axis of Weasels' prepubescent foot soldiers, he should logically drop a rather simplistic: «Yeah well these Nobel guys are just a bunch of dickheads y'a know» (a perfect echo to the: «See? These are Nobel Laureates thus they hold the Very Truth in their Blessed Hands» as assumed by the AoW prepubescent foot soldiers) and fall back, for instance, in the contemplation of slightly dressed young women with a temperament far from being fierce and a particularly pleasant aesthetic appearance, feeling comforted likewise in the suitability of his own judgment but experiencing nevertheless a growing doubt as for the impending necessity of switching hands.

His life, indeed, would be simplified but unfortunately, the dissident frogman can't restrict himself to this.

What do you want...That's the way it is.

Therefore, he goes further. Beyond. The «new frontier» kind of attitude (no, I don't mean the French tour operator).

Eh. Nobel laureates. What's more, A-me-ri-cans. Impressive!

That is such a prestigious title. The opinion of a laureate, not only a Nobel one but also A-me-ri-can is something you don't want to miss right?

So, relishing the perspective of a confrontation between his ideas with those of people who belong to a most reputed intellectual community, the dissident frogman reads all the article (including the fine print) and he follows the links and he goes to the site hosting the aforementioned declaration (which secondarily offers the prepubescent foot soldiers the unique opportunity of signing the petition, hoisting them to the row of the A-me-ri-can Nobel laureates and allowing them to fight shoulder to shoulder the High Evil of War, particularly the liberation one) and there, once again, the dissident frogman reads all the page (including the fine print).

And then he think. With the head.

When he is finished thinking, the dissident frogman does not pretend he has answers. He does not pretend he detains the Truth. He does not pretend he saw God, would surely not pretend He is on his side and has, after all, only a vague idea about the decorative theme of His shirt.

A question that probably kept more theologians busy since God is God than the absolute number of excessively screwy shirt theme combinations.

A short digression: as far as he is concerned, the dissident frogman acknowledges God's inalienable right to exist.
God has the right to live, just like the rest of the world. ("the world" does not include Islamofascists and other assassins of Freedom and God's Children tho.)

That being said, the freedom of God and that of the wearing of flowered shirts stops exactly where the dissident frogman's freedom starts. End of the short digression.

He does not pretend anything like that, no.
He simply observes and formulate some conclusions that fortunately, are always subject to interpretation and debate.

And not messianic revelations.

For instance, the dissident frogman starts with reading the title. Nothing half-baked of course but this is not Barnum's is it?
So what does this title reads? It reads:
American Nobel Laureates' Position on a Unilateral, Preventive Attack on Iraq
It is our duty to emphasize that English syntax and grammatical rules hides to the French reader the exact number of the aforementioned laureates. The title does not state that these laureates are representing American Nobel laureates as a whole or even the American branch of this institution as a morale entity. All we can tell is that there are more than one laureate. No matter what the theme of their shirts is.

As for the rest, it is simple, concise and, at first glance, without ambiguity even for the most retarded Axis of Weasels' prepubescent foot soldiers.

This, at least, is what we could reasonably think.

Unfortunately, it's not and the Axis of Weasels' foot soldiers receives one thing, and one thing only, from this simple (11 words, no verb) sentence: American Nobel laureates oppose a war in Iraq.

That is really too bad.

But let's pursue: what this title reveals principally is that some American Nobel laureates do have, like many people all over the world, a position when it comes to a unilateral and preventive attack on Iraq (I underlined the important words for the few Axis of Weasels' foot soldiers who may inadvertently fall on this modest diatribe while on their way to the TV set.)

«position» and «unilateral».

We shall never repeat it enough, especially to the Axis of Weasels' foot soldiers: in a sentence, one has to read all the words carefully.

We shall, however credit the foot soldiers with the fact that this short news, as it's reported on Yahoo! France! has! been!, somehow! amputated! (sorry, I just love doing this) of these two rather important terms. The Yahoo! France title reads «41 prix Nobel américains contre la guerre en Irak» (literally: «41 American Nobel laureates oppose war against Iraq»)

I would therefore recast my previous sentence and select essential instead of rather important.

However, we shall admonish the aforementioned foot soldiers, demonstrating with this example what we've been blaming them for, one moment ago: one has to read all the words of all the article and follow the links and read the original declaration before falling back to Big Brotherish TV shows and seeing God with a flowered shirt.

Never confine oneself on big titles only. Never. Especially when strangers translated them.

For what is really cool with a Nobel prize, put aside that it looks great on your business card and is therefore a huge plus for flirting, is that unlike the average foot soldier, one can reasonably expect from such laureate a certain sternness when operating vocabulary and syntax.

When a Nobel laureate write that he has a position on a unilateral preventive attack on Iraq and when forty of his buddies sign down the page it means nothing less than this: 41 Nobel laureates have a position on a unilateral preventive attack on Iraq..

The important word here being unilateral. (And also «position» but we'll see about that later).

It does not mean that they oppose war on Iraq per se.

Moreover we can directly deduce that they wouldn't oppose a multilateral preventive attack, resulting from a decision taken by several nations such as, for instance, the USA, the United Kingdom, Spain, Portugal, Italy, Australia, Turkey, Poland, Israel, The Czech Republic, Kuwait, Qatar, Hungary and all my apologies for those I'm not mentioning here but long lists can get darn boring darn fast don't you think?

Nevertheless, here again, the Axis of Weasels' prepubescent foot soldiers are not perceiving the difference.

Let's pursue.

As for the very nature of this declaration, its legitimacy and its pertinence, where and how does it stand?
To that purpose, let's check the declaration itself:
The undersigned oppose a preventive war against Iraq without broad international support.
You mean broader than the boring list up there? Oh, OK... Never mind.
Anyway, «without broad international support.» is just another smart way to say «unilateral» while filling the page a bit more.

We clarified that question already: our Nobel laureates are not opposing war as far as everybody is doing it.
Military operations against Iraq may indeed lead to a relatively swift victory in the short term.
I have absolutely no doubt about that. Saddam is going to learn very quickly and for the second time what «having one's ass seriously kicked» means.

Curiously, it gets confused afterwards, in a rather surprising manner, coming from Nobel, not only laureates but also Americans :
But war is characterized by surprise, human loss, and unintended consequences.
No kidding? Smart guys these Nobel laureates, really.
Passed the first surprise, confusion starts to reign here actually, because:
- Why and how would war loose these tragic characteristics if the broad international support our Nobel were implicitly defining as the sine qua non condition was to become effective?

- How do they apprehend the fact that peace and stasis also characterize themselves by «surprise, human loss, and unintended consequences»?
For instance, I'm thinking about a particular day of September where surprise, human loss, and unintended consequences took, all of a sudden a certain preponderance in the everyday life of a peaceful country.

- And anyway, isn't life itself characterized by «surprise, human loss, and unintended consequences»? (and secondarily, flowered shirts?)

I was really hoping a bit more, from Nobel, and furthermore Americans, laureates than some general statements on such a grave issue.
What a disappointment. They really give Nobels away to anybody these days.

Take Arafat for instance. (And keep him. Keep him tied real good).

But let's not be too solicitous and let's bet our Nobel friends, in proportion to their intense cerebral activity, can sometimes experience a benign intellectual fatigue.
Let's grant them the benefit of the doubt and let's pursue:
Even with a victory, we believe that the medical, economic, environmental, moral, spiritual, political, and legal consequences of an American preventive attack on Iraq would undermine, not protect, U.S. security and standing in the world

This concludes the declaration. With the signatories' names following.

I'm not sure everybody in the audience noticed (no, no, I don't mean you, I was talking about the others of course) but this is precisely where we are supposed to see God and his flowered shirt.

Did you saw Him? No? Look again. Look carefully.

Still nothing?

Read all the words again and underline the important ones: «Even with a victory, we believe that the medical, economic... STOP IT!»

You saw it now didn't you?

«We believe»

They believe.

And God has a flowered shirt.

Our Nobel friends' declaration end up with the affirmation of their unshakable Faith in the disastrous aftermath of a diplomatic, geopolitical and geostrategic action in such incredibly vast and diverse fields as medical, economic, environmental, moral, spiritual, political, and legal ones, not mentioning the world's greatest power worldwide security and standing.

All of that without arguments, no comparative data, no references and without the slightest explanation for their Faith's foundation.

«We believe»

They believe. They are Nobel laureates. Hence, we should, you shall believe.

Adding to this that most of these Nobel signatories are physiology/medicine, physics and chemistry prizes (34 over 41) and taking into consideration the fact that America hosts, according to the Yahoo! article, 168 Nobel laureates of which 120 are still alive, what do we have here?

We have a minority of Docs and Math wizards who, even though I could never doubt their competence within their own fields of expertise, acknowledged by Nobel prizes (although if you would take Arafat - and keep him - you would be totally justified to seriously challenge the competences which deserved him, as recalled, a Nobel Peace prize) are stating a personal opinion, validating it with nothing more than the faith of their intimate and subjective conviction, wrapping it up into the prestige and seriousness granted by a world famous distinction in order to bestow an extra credit upon it (despite Arafat).

Sure. It looks great on your business card and it is a huge advantage for flirting.


Granted, when I'm talking about a minority of Docs and Math wizards, I'm being a bit provocative.
Willingly of course.

That being said:

Picasso was a pictorial genius, which did not prevented him from being a complete political schmuck and the perfect example of the Useful Idiot within the most Stalinist Communist Party in Western Europe (yes, that means the French one).
Aragon, at least, had the excuse of being a shitty poet and Sartre a really freaky looking guy.

Moreover and as a conclusion, I'd like to propose you the following sentences abstracted from the first chapter of Jean-François Revel's « La connaissance inutile (the useless knowledge) »:
A great savant can fashion his own political and ethics opinion with the same arbitrariness and based on considerations as unreasonable as men deprived of any scientific reasoning experience. There isn't, in himself, any osmosis between the activity where his discipline restrain him from making assertions without evidence and his position on everyday issues and common affairs, where he follows the same clout as any other man. He can, just like anybody else and in the same unpredictable way, lean to good sense or extravagance, and slink in front of blatancy when it would impede his beliefs, his preferences or his sympathies.
Yep, that includes Nobel laureates, American or not.

Update:
It looks like the list just gained a new and prestigious name. The Dalaï Lama, player #42 just entered the game.

Which makes me believe that even the summit of a multi-millennial wisdom can, sometimes, succumb to the illusion and imagine that the act of wearing a flowered shirt will prevent, for instance, the Communist Chinese from plundering, raping, killing and deporting his people.

By the way, it could be necessary to change the title of this declaration.
Unless the Dalaï Lama choose to apply for the American citizenship of course.

Update #2:
A bit late, but as they say "better late than..." I see that our steadfast Brits over there at Samizdata had a good eye for the signatories.
C'est l'effervescence dans les rangs de la piétaille de l'Axe des Blaireaux.

Les sphincters se relâchent et les fonds de culottes se souillent. La jubilation et l'excitation pré pubère sont à leur comble.

Pensez donc : ce ne sont pas moins de 41 prix Nobel a-mé-ri-cains qui ont signé une déclaration publiée mardi s'opposant au déclenchement unilatéral par les Etats-Unis d'une guerre contre l'Irak.

En conséquence, et d'une manière assez ironique d'ailleurs, cette même piétaille pré pubère qui passe ordinairement le plus clair de son temps à vomir de l'Américain par tous les tristes orifices dont elle dispose, accueille subitement l'association des termes «Nobel», «Américain» et «contre la guerre» comme une révélation messianique, comme une nouvelle Épiphanie, en bref comme la preuve irréfutable que non seulement Dieu existe mais qu'en plus, il porte une chemise à fleurs et qu'il est de leur côté.

Malheureusement, dans ses efforts opiniâtres pour ne pas remplir le vide chronique de sa pensée, la piétaille de l'Axe des Blaireaux évite soigneusement d'aller voir plus loin que cette simple association de termes qui n'est finalement qu'une phrase d'accroche à valeur introductive.

On dit plus simplement «un titre».

On observe donc que fidèle à son habitude, la piétaille pré pubère de l'Axe des Blaireaux ne lis que les gros titres et se replonge ensuite dans les contemplations Star Académiques, se sentant confortée dans la correction de sa conscience politique sans en percevoir un seul instant la vacuité.

C'est dommage.

Dommage pour ceux qui ont à les supporter évidemment. Car pour la piétaille, c'est déjà foutu, je crois.

Quand le dissident frogman, lui, tombe sur l'association des termes tels que «Nobel», «Américain» et «contre la guerre» il se sent tenté d'aller voir plus loin.

Car en fait, si le dissident frogman prenait l'exact contre-pied de la piétaille pré pubère de l'Axe des Blaireaux, il devrait en toute logique lâcher un simpliste : «Oah, t'wasson ces prix Nobel c'est rien que des cons» (offrant là un écho au «T'as vu c'est des prix Nobel, ils détiennent donc la Vérité Ultime en leurs Trés Saintes Mains» de la piétaille pré pubère de l'AdB) et se plonger, par exemple, dans la contemplation de jeunes femmes légèrement vêtues, au tempérament peu farouches et à la plastique fort agréable, se sentant, de même, conforté dans la sûreté de son jugement mais éprouvant néanmoins un doute grandissant quand à la nécessité imminente de changer de main.

Sa vie en serait très certainement simplifiée, malheureusement, le dissident frogman, lui, ne peut s'en tenir là.

Que voulez vous, il ne se refait pas.

Il va donc au delà. Plus loin. Très «nouvelle frontière» en sorte (non, pas l'agence de voyage).

Car quand même. Des prix Nobel. Et A-mé-ri-cains en plus. Fichtre.

Voila un titre prestigieux. Le point de vue d'un prix, non seulement Nobel mais également A-mé-ri-cain doit sacrément valoir la peine d'être entendu, non ?

Alors, savourant d'avance la richesse d'une confrontation de ses idée avec celles d'individus appartenant incontestablement à une communauté intellectuelle des plus réputées, le dissident frogman lit tout l'article de news (y compris les mots en petit) et il clique sur les liens hypertexte et il va sur le site présentant la fameuse déclaration (et offrant accessoirement à la piétaille pré pubère l'opportunité unique de signer aussi la pétition, lui permettant ainsi de se hisser au rang des Prix Nobel A-mé-ri-cains et de lutter à leur côté contre ce Haut Mal qu'est la Guerre, surtout celle de libération) et, là encore, le dissident frogman lit toute la page (y compris les mots en petit).

Et puis il pense. Avec sa tête.

Et quand il a fini de penser, le dissident frogman, lui, ne prétend pas avoir de réponses. Il ne prétend pas détenir la Vérité. Il ne prétend pas avoir vu Dieu, ne prétend certainement pas que Ce Dernier est de son côté et il n'a somme toute qu'une très vague idée sur le motif de Sa chemise.

Question qui de toute manière a certainement occupé plus de théologiens depuis que Dieu est Dieu qu'il n'y a, dans l'absolu, de combinaisons outrageusement excentriques de motifs de chemises.

Courte digression : en ce qui le concerne, le dissident frogman reconnaît le droit inaliénable à l'existence de Dieu.
Dieu a le droit de vivre, comme tout le monde. ("le monde" n'inclue bien évidemment pas les Islamofascistes et les autres assassins de la Liberté et des Enfants du Bon Dieu.)

Cela étant, la liberté de Dieu et du port de la chemise à fleur s'arrête là où commence celle du dissident frogman. Fin de la courte digression.

Il ne prétend, disais-je, rien de tout ça, non.
Il fait juste des observations dont il tire certaines conclusions qui restent, fort heureusement, sujet à interprétation et à débat.

Et pas des révélations messianiques.

Par exemple, le dissident frogman commence par lire le titre. Rien de bien farfelu en soi, je vous l'accorde, mais on n'est pas au cirque non plus.
Et que dit-il ce titre ? Il dit :
American Nobel Laureates' Position on a Unilateral, Preventive Attack on Iraq
Soit, dans la langue de Voltaire qui est aussi la mienne : Position de Prix Nobel Américains sur une attaque préventive unilatérale de l'Irak.
L'avarice notoire de l'anglais en matière d'articles partitifs nous oblige ici à insister sur le caractère indéfini du nombre de lauréats concernés et sur le fait qu'ils ne prétendent pas représenter l'ensemble des prix Nobel Américains ou même la branche américaine de cette institution en tant que personne morale. Nous pouvons simplement affirmer qu'ils sont plus nombreux que un. Indépendamment du motif qui orne leurs chemises.

Pour le reste, c'est simple, concis et à priori sans ambiguïtés, y compris pour le moins bien pourvu des fantassins pré pubères de l'Axe des Blaireau.

C'est en tout cas, ce qu'on pourrait légitimement penser.

Malheureusement, il n'en est rien et la piétaille de l'Axe des Blaireaux ne retient de cette phrase pourtant simple (11 mots, pas de verbe) qu'une chose et une seule : les prix Nobel Américains sont contre la guerre en Irak.

C'est vraiment dommage.

Mais poursuivons : ce que ce titre nous révèle principalement, c'est que certains prix Nobel Américains ont, comme beaucoup de monde, une position en ce qui concerne une attaque préventive unilatérale de l'Irak (j'ai souligné les mots importants pour les quelques éléments de la piétaille de l'Axe des Blaireaux qui trébucheraient accidentellement sur cette modeste diatribe le long de leur chemin vers la télé.)

«position» et «unilatérale».

On ne le répètera jamais assez, particulièrement à la piétaille de l'Axe des Blaireaux : dans une phrase il faut bien lire tous les mots.

On doit cependant porter au crédit de la piétaille le fait que la version de cette brève, telle que reportée sur Yahoo! France!, se! voit! subitement! amputée! (désolé, je ne peux pas m'en empêcher) de ces deux termes dont l'importance est cependant loin d'être négligeable.

Elle penche même plutôt du côté de l'essentiel.

Et de fustiger, dans le même mouvement, ladite piétaille en lui démontrant par cet exemple les raisons pour lesquelles nous l'avons blâmée plus haut : il faut bien lire tous les mots de tout l'article et cliquer sur les liens et lire la déclaration d'origine avant de retourner à Star Ac' et voir Dieu en chemise à fleurs.

Ne pas se cantonner aux seuls gros titres. Jamais. Surtout quand ils ont été traduits par des inconnus.

Car ce qui est cool avec un prix Nobel, indépendamment du fait que cela vous pose un homme sur la carte de visite et que c'est, en conséquence, plutôt pratique pour draguer, c'est que contrairement à la piétaille on peut raisonnablement attendre d'eux une certaine rigueur dans la mise en oeuvre du vocabulaire et de la syntaxe.

Quand un prix Nobel écrit qu'il a une position concernant une attaque préventive unilatérale, et que quarante de ses potes signent en bas de la page, cela ne peut signifier qu'une seule et unique chose : que 41 prix Nobel ont une position concernant une attaque préventive unilatérale.

Le mot important ici est unilatérale. (Et aussi «position» mais nous verrons ça plus tard).

Ca ne signifie donc absolument pas qu'ils soient opposés à la guerre en Irak en tant que telle.

De plus, nous pouvons en déduire directement qu'ils ne sont pas opposés à une attaque préventive multilatérale, sur une décision prise par de multiples nations, comme par exemple les USA, la Grande Bretagne, l'Espagne, le Portugal, L'Italie, l'Australie, La Turquie, La Pologne, Israël, La République Tchèque, Le Koweït, Le Quatar, La Hongrie et toutes mes excuses pour ceux que j'oublie mais les listes c'est tout de même assez chiant s'pas ?

Mais là encore, la piétaille pré pubère de l'Axe des Blaireaux ne semble pas saisir la distinction.

Poursuivons.

En ce qui concerne la nature même de cet appel, sa légitimité et sa pertinence, qu'en est il exactement ?
Penchons nous pour cela sur la déclaration elle même :
Les soussignés s'opposent à une guerre préventive contre l'Iraq sans un large support international.
Plus large que la liste un peu chiante citée plus haut ? Oh, OK... Peu importe.
En tout état de cause, «sans un large support international» ce n'est qu'une habile manière de dire «unilatérale» en remplissant un peu plus la page.

Nous avons donc déjà éclairci ce point précis : nos prix Nobel ne semblent pas prendre position contre la guerre, à partir du moment ou tout le monde la fait.
 Les opérations militaires contre l'Irak peuvent très certainement déboucher sur une victoire relativement rapide à court terme.
Je n'en doute pas une seconde. Saddam va apprendre très vite et pour la seconde fois, ce que «se faire botter le cul grave, grave» signifie.

Curieusement, ça tourne au confus par la suite, d'une manière assez surprenante de la part de ces prix non seulement Nobel mais aussi Américains :
 Mais la guerre est caractérisée par la surprise, les pertes humaines et les conséquences inattendues
Non, sérieux ? C'est vraiment fort un prix Nobel.
La première surprise passée, c'est en fait où commence à régner la confusion car :
- En quoi la guerre perdrait elle ces caractéristiques tragiques si le large support international, que nos amis les Nobel définissent implicitement comme condition sine qua non, devenait effectif ?

- Comment appréhendent-ils le fait que la paix et l'inaction, elles aussi, se caractérisent par la surprise, les pertes humaines et les conséquences inattendues ?
Je pense en particulier à un certain jour de septembre ou la surprise, les pertes humaines et les conséquences inattendues ont subitement pris une certaine prépondérance dans le quotidien d'un pays en paix.

- En quoi, d'ailleurs et dans l'absolu, la vie elle même ne se caractérise-t-elle pas par la surprise, les pertes humaines et les conséquences inattendues (et accessoirement les chemises à fleur) ?

J'espérais quand même, de la part de prix Nobel et Américains, un peu plus que de vagues généralités sur un sujet aussi sérieux.
Quelle déception. On donne vraiment le Nobel à n'importe qui de nos jours.

Prenez Arafat par exemple. (et gardez le. Gardez le bien.)

Mais ne soyons pas trop exigeant et gageons que nos amis les Nobel, en raison même de leur intense activité cérébrale, peuvent parfois être sujet à une légère fatigue intellectuelle.
Accordons leur donc le bénéfice du doute et poursuivons :
 Même avec une victoire, nous croyons que les conséquences sanitaires, économiques, environnementales, morales, spirituelles, politiques et légales d'une attaque Américaine préventive contre l'Irak serait dommageable pour la sécurité et la place des Etats-Unis dans le monde plutôt qu'elle ne les protégeraient
Ceci concluant la déclaration et étant suivi des patronymes desdits signataires.

Je ne suis pas certain que tous le monde dans l'audience ait remarqué (non, non, pas vous, je parle surtout pour les autres bien sur) mais c'est précisément ici que nous sommes supposés voir Dieu en chemise à fleurs.

Vous avez vu ? Non ? Regardez encore. Regardez bien.

Toujours rien ?

Relisez tous les mots en soulignant ceux qui sont important : «Même avec une victoire, nous croyons que les conséquences... STOP !»

Vous avez vu maintenant pas vrai ?

«Nous croyons»

Ils croient.

Et Dieu a une chemise à fleur.

La déclaration de nos amis les Nobel se termine donc sur l'affirmation de leur Foi inébranlable dans les conséquences désastreuses d'une action diplomatique, géopolitique et géostratégique sur des domaines aussi vastes et divers que l'action sanitaire, l'économie, l'environnement, la morale, la spiritualité, la politique, la loi ainsi que la sécurité et la place des Etats-Unis dans le monde.

Tout cela sans aucun argument, sans données comparatives, sans références aucunes, sans le moindre début d'explication sur le fondement de leur Foi.

«Nous croyons»

Ils croient. Ils sont prix Nobel. Ainsi donc nous devons, vous devez croire.

Lorsque nous ajoutons à cela que la grande majorité des Nobel signataires se compose de prix de médecine, de physique et de chimie (34 sur 41) et lorsque nous prenons en considération le fait que l'Amérique compte, d'après l'article de Yahoo, 168 prix Nobel dont 120 encore en vie, qu'avons nous au final ?

Nous avons une minorité de toubibs et de matheux qui, sans préjuger des compétence dans les domaine d'expertise qui sont les leurs et qui ont été récompensées par un prix Nobel (bien que si vous preniez Arafat - et le gardiez - vous seriez tout à fait fondé d'émettre des doutes sérieux quand aux compétences qui lui ont, parait-il, valu un prix Nobel de la Paix) ne font finalement que donner un avis personnel sans le justifier autrement que par la foi de leur intime et subjective conviction, à laquelle ils tentent d'apporter un crédit supplémentaire en l'enrobant dans le prestige et le gage de sérieux que leur confère une distinction mondialement reconnue (malgré Arafat).

Eh oui. Ca vous pose un homme et c'est pratique pour draguer.


Je joue la provocation lorsque je parle d'une petite bande de toubibs et de matheux, c'est entendu.
Et c'est aussi volontaire.

Mais cela dit :

Picasso était un génie pictural ce qui ne l'a pas empêché d'être un crétin politique complet et le parfait exemple de l'Idiot Utile au sein du Parti Communiste le plus staliniste d'Europe Occidentale.
Aragon, au moins, avait l'excuse d'être un poète de merde et Sartre celle d'avoir une tête à faire peur.

De plus, et en guise de conclusion, je soumets à votre appréciation quelques phrases extraites du chapitre premier de «La connaissance inutile» de Jean-François Revel :
 Un grand savant peut se forger ses opinions politiques et morales de façon aussi arbitraire et sous l'empire de considérations aussi insensées que les hommes dépourvus de toute expérience du raisonnement scientifique. Il n'existe pas au sein de sa personne d'osmose entre l'activité où sa discipline le contraint à ne rien affirmer sans preuve et ses jugements sur les choses de la vie et les affaires courantes, où il obéit aux mêmes entraînements que n'importe quel autre homme. Il peut, tout comme lui, de façon tout aussi imprévisible, pencher vers le bon sens ou vers l'extravagance, et se dérober devant l'évidence quand elle contrarie ses croyances, ses préférences ou ses sympathies.

Ce qui inclue les prix Nobel, américains ou non.

Mise à jour :
il semble que la liste se soit enrichi d'un nouveau et prestigieux nom. Le Dalaï Lama vient d'enfiler le maillot n° 42.

Ce qui m'incline à croire que même le phare d'une sagesse plusieurs fois millénaire peut, le cas échéant, succomber à l'illusion et s'imaginer que le port de la chemise à fleur empêchera, par exemple, les Communistes chinois de piller, violer, tuer et déporter le peuple dont il est le symbole.

A ce propos, il va aussi falloir changer le titre de la déclaration.
Sauf si le Dalaï Lama a finalement choisi la nationalité Américaine, bien entendu.

Mise à jour n°2 :
un peu tard, mais "mieux vaut tard..." je vois que nos persistants British de Samizdata on flairé un truc ou deux concernant les signataires.

As reported by Merde in France, the French press, from the left to the right woke up with a bad taste in the mouth.

All those jolly old chaps of misinformation are so p*** this time, that it seems they can't control their compulsions anymore: Libération (left wingers of the worst kind) has "Bush and his eight mercenaries" on the front page (sorry guys, it's up to ten now) while Le Figaro (old fashion French style conservatives) goes as far as talking about a "coup" remote controlled from Washington, the declaration being "suggested" to Mr. Aznar by a US undercover agent named the Wall Street Journal.

As usual, France won't admit its error and is desperately looking for the slightest shred of an American led conspiracy.

Germany is doing great too. I mean "worse".

In abjection.

When, as reported by Libération, Mr. Elmar Brok, a German European representative qualifies the eight's declaration as "the parade of the enfoeffed", it sure casts a peculiar light on the French-German idea of Europe.

I just hope that from now on, the "enfoeffed" are going to keep on kicking the ass of France Sire and the German Liege anytime.
Ainsi que l'a noté Merde in France, la presse française, de gauche à droite s'est réveillée avec un sale goût dans la bouche.

Tous ces joyeux amis de la désinformation se sentent tellement mordus aux ovaires cette fois qu'ils ont apparemment du mal à contrôler leurs pulsions: Libération (gauchistes de la pire espèce) nous présente "Bush et ses huit mercenaires" sur la une (désolé mes petits gars mais ils sont dix maintenant) alors que Le Figaro (conservateurs ringards à la française) va jusqu'à parler d'un "coup" contrôlé à distance par Washington, ladite déclaration ayant été "suggérée" à M. Aznar par un agent secret nommé Wall Street Journal.

Comme toujours, plutôt que d'admettre ses erreurs la France cherche désespérément la moindre trace d'un complot mené par les Américains.

L'Allemagne fait drôlement bien aussi. Je veux dire "pire".

Dans l'abjection.

Quand, ainsi que le rapporte Libération, M. Elmar Brok, député européen allemand qualifie la déclaration des huit de "parade des vassaux", cela éclaire d'une lumière singulière l'idée exacte de l'Europe telle qu'elle est vue par le couple Franco-Allemand.

J'espère qu'à présent les "vassaux" vont continuer de botter le cul de Sire France et de Monseigneur Allemagne en toute occasion.

Bad news keep flowing for the weasels.

The Axis of Eagles is now counting ten members. (Thanks to Instapundit)

Albanian Prime minister, Mr. Fatos Nano, sent a letter to Mr. George W. Bush pledging "total and unconditional" support in the showdown against Iraq and Slovakia's Prime minister Mr. Mikulas Dzurinda called the New Europe's declaration « the clear, right word at the right time »

The News-Journal article qualifies Albania's backing as « symbolic ».

I agree with that.

When the poorest and weakest country in Europe, who just got out of one of the worst totalitarianisms in human history stand up, raise its voice and join ostensibly and unequivocally the side of the democracies in the fight for freedom and safety of the Civilization, putting his own security in the scale, it is, indeed particularly symbolic.

It's symbolic of the morale magnificence of Albania but also of the spinelessness, ill will, decline and abnegation of their ethics from the so powerful and so enlightened "Great Powers" composing the Axis of Weasels.

My country and Germany.
Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour les fouines.

L'Axe des Aigles compte maintenant dix membres. (Merci Instapundit)

Le Premier ministre d'Albanie, M. Fatos Nano, a envoyé une lettre à M. George W. Bush engageant son support "total et inconditionnel" dans l'épreuve de force avec l'Irak et le Premier ministre de Slovakie Mr. Mikulas Dzurinda a qualifiée la déclaration de la 'Jeune Europe' de « mot clair et juste, au bon moment »

L'article du News-Journal estime que le soutien de l'Albanie n'est que « symbolique ».

Je suis plutôt d'accord avec ça.

Quand le plus pauvre et le plus faible pays d'Europe, à peine sorti de l'un des pire totalitarismes de l'histoire de l'humanité redresse la tête, élève la voix et se joint ostensiblement et sans équivoque
au côté des démocraties luttant pour la liberté et la sécurité de la Civilisation, mettant par là même en jeu sa propre sûreté, c'est effectivement particulièrement symbolique.

C'est symbolique de la grandeur morale de l'Albanie mais aussi de la veulerie, de la mauvaise foi, du déclin et du renoncement à leur propre éthique des si-puissantes et si-éclairées "Grandes Puissances" composant l'Axe des Blaireaux.

Mon pays et l'Allemagne.

30th

01/2003


I've always been a bit skeptical about Mr. Tony Blair (even though one of my favorite jokes is that "Chirac is on the Left wing of Tony Blair". Tells a lot about the French Right and the British Left), mostly because of his apparent camaraderie while on vacation in South of France with our former part time Socialist Prime Minister/full time Communist undercover cop namely Lionel Jospin.

But this, Mr. Blair earned you a high rank in the dissident frogman's cool book.
He rounded on Diane Abbott, another leftwinger, who called out to him defiantly: Whos next?

After we deal with Iraq we then do, yes, through the United Nations, have to confront North Korea about its weapons programme, Mr. Blair told her as the level of heckling rose. We have to confront those companies and individuals trading in weapons of mass destruction.

He wheeled on another MP who shouted out: When do we stop?

We stop when the threat to our security is properly and fully dealt with, Mr. Blair responded.
Eagle Blair, this is how eagles dare, when the safety of our civilization is at stake.
J'ai toujours été un peu réservé à propos de Tony Blair (même si un des traits d'esprit que j'apprécie particulièrement est "Chirac est à gauche de Tony Blair". Cela en dit énormément à la fois sur la Droite française et sur la Gauche anglaise) principalement en raison de son apparente camaraderie, lors de ses vacances dans le sud de la France, avec notre précédent Premier ministre Socialiste à mi-temps/barbouze Communiste à plein temps, nommément Lionel Jospin.

Mais ça, M. Blair vous a propulsé à un rang élevé dans les petits papiers du dissident frogman.
Répondant à Diane Abbott, une autre personnalité de gauche, qui l'avait interpellé avec défi par un: Qui sera le suivant ?

Lorsque nous aurons réglé la question de l'Irak alors, oui, nous aurons à confronter, par l'intermédiaire des Nations Unies, la Corée du Nord au sujet de son programme d'armement, répondit M. Blair alors que le niveau de protestations s'amplifiait. Nous devons nous confronter à ces compagnies et individus qui font commerce d'armes de destruction massive.

Se tournant vers un autre Membre du Parlement qui avait crié: Quand cesserons nous ?

Nous cesserons lorsque la menace sur notre sécurité sera correctement et totalement éliminée, à répondu M. Blair.
Ca c'est l'attitude des aigles, lorsque la sûreté de notre civilisation est en jeu.

Bad news for the weasels.

Looks like the Young Europe and the Clearheaded one are teaming together and with the USA to make sure Saddam's threat will be overthrown.
I'm afraid (so to speak) that Britain, Spain, Italy, Portugal, Hungary, Poland, Denmark and the Czech Republic won't share the Islamo-Marxist vision of the world order promoted by the French-German Axis of Weasels.

Too bad.

I'm starting to think that the Young Europe may very well be our chance. No, let me recast that: I do think the Young Europe will be the old one's chance.

I don't think they'll buy Marxists illusions anymore.
After all, they paid the high price for this abominable utopia born in Germany and approved so irrationally in France.

(By the way, I'll take this occasion to welcome and thank my readers from Estonia who, oddly enough - but is it really? - visit the dissident frogman more frequently than the Germans do.
I won't jump to conclusions. I'm just reporting a fact.)
Mauvaise nouvelles pour les fouines.

Il semble bien que la Jeune Europe et celle qui à gardé l'esprit clair ont décidé de s'allier avec les USA afin de s'assurer que la menace que représente Saddam sera bien éliminée.
J'ai bien peur (façon de parler) que la Grande-Bretagne, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la Hongrie, la Pologne, le Danemark et la République Tchèque ne partagent pas la vision Islamo-Marxiste de l'ordre mondial telle que promue par l'Axe franco-allemand des Blaireaux.

C'est bête hein ?

Je commence à croire que la Jeune Europe pourrait fort bien être notre chance. Non, laissez moi reformuler ça : je crois vraiment que la Jeune Europe sera la chance de la vieille.

Je ne pense pas qu'ils seront encore preneurs des illusions Marxistes.
Après tout ils ont payé le prix fort de cette abominable utopie née en Allemagne et plébiscitée de manière si irrationnelle en France.

(A ce propos, je profite de l'occasion pour accueillir cordialement et remercier mes lecteurs d'Estonie qui, curieusement - mais est-ce vraiment curieux ? - visitent le dissident frogman plus souvent que les Allemands ne le font.
Je ne tire pas de conclusion. J'observe des faits.)
Top Page 1 / 6 pages  1 2 3 >  Last »
You << January 2003 >> Categories

Today April 16, 2014

You're either not logged in, or not registered as a member.

Or you're just a Smelly Socialist.

So which one is it?

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
     1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31