Bad Juju! You no logged in or no introduced to the frogman. Log-in or register. Or suffer mucho hoo-doos.
Agence France Press does not know the basics of ballistic

«« January 2003 • Archive: February 2003 • March 2003 »»

28th

02/2003


WARNING: very long post in lame English written while listening to Paul Oakenfold (Live at Creamfields, August 2001) at an unreasonably loud level.

Sorry. Régis Debray in the New York Times really got on my nerves I'm afraid.


Since these famous protests for the peace of the assassins, to which I reacted at first in a purely emotional way with this little clip that received an unexpected success, I've been wondering about the real motivations of those vociferating activists whose apparent attachment to peace hardly hides the violence of their rhetoric, the toxicity of their ideological filiations and the deleterious miasma emanating, despite all their efforts, from their sympathies.

Looking back serenely and considering the eternally repeated mantra "Saddam is an awfully bloody dictator murdering without shame and in the most sordid ways men, women and children, but" I kept asking myself many questions last week on what could be motivating this "butŅ" which incoherence is nothing compared to its irrelevance and, to be frank, its abjection.

Why these fallacious arguments, shamefully reversing the very nature of each belligerent nation, assigning the role of the aggressors to the democracies of the free world? (Yes, 'belligerent'. As we all know, it's a cease fire that's been signed with Iraq 12 years ago, not a peace treaty) Why this quasi hysterical obduracy to defend Saddam Hussein's regime even though the aforementioned defenders are perfectly aware of its fundamentally criminal nature (yes, but) and, at the same time, why this repeated attacks against George W. Bush, his Administration and his allies by the mean of an arsenal of lies as cautiously elaborated against him that it is in favor of his opponent? Why, at least here in France, the inconsistent Left, the amnesic Far Left, dreaming of a new dawn, the French (supposed) Right, prostituted to the former factions and the carpetbaggers of the Far Right are suddenly uniting and taking communion in the sacred union "against the war" while carefully concealing the reasons to do it and brandishing peace just as in other occasion they would brandish freedom, human rights or social justice, that is to say as a moral screen? And why Jacques Chirac exposed himself suddenly to the danger of aneurism rupture and blamed half of Europe in a so incredibly gauche, disastrous and insulting way?

I can easily believe that France is not very keen on having the coalition that will soon free Iraq have a look or two at Saddam's bookkeeping. And the same goes for Germany. As for Russia, I guess all it's asking for, is to keep selling Kalashnikovs three times their price since genocide, in Chechnya just as everywhere else, is quite expensive to fund.

However, I find hard to believe that it justifies such efforts and risks (diplomatic risk at least) for Jacques Chirac and his smarty-pants.

After all, the man is not a rookie in the misdeed department and lives apparently very well with it. I don't need to remind his election gave him a 'legal' way to avoid prosecution on several cases. France's (and partly Europe's) Champion of Peace is indeed a corrupted man but I don't believe that the simple idea of seeing the crimes of his Iraqi Adventures exposed publicly is enough to explain his breakdown last week.

His whiff of heat and squirt of venom against the Young Europe at least convinced me that it's not the fear of the skeletons in the closet that's leading Jacques Chirac, even though I still have to understand the real, underlying reasonsŅ Other than the pure and simple protection of the atypically juicy oil contracts with Saddam and the arms sales to his murderous regime, but that goes without saying.
And then Régis arrived. Régis Debray.

Régis the Rebel, part time revolutionary who, one day, could save his buttocks from the Bolivian jails where, to his great misfortune, he followed his torturer and child killer - among others - buddy (yep, "El Che de las Camisetas¹"), thanks to Mummy's relations in the Grand Charles' retinue (yep, "de Gaulle") and fly back to his comfortable Parisian flat he had congenially lent to his terrorists buddies of the Baader-Meinhof gang who were in the need at the time.

Régis cooked up an article for the New York Times and Régis named it, in a carefully bumptious way, "The French Lesson" By Régis (Debray).

And so, from the French Lesson by Régis, the dissident frogman tries to learn.
First, one can't fail to observe that there's not much newness in Régis' lesson. Régis scantily dusted off his old rhetoric. Régis is playing the old American Empire trick again; Régis is playing the old American Puritanism trick again; Régis is playing the old American Aggressor trick again and Régis is playing the old Enlightened Europe trick again.

But most of all, Régis is playing the old Ideologist Whose Been Living In An Alternate Dimension Over The Last Decades And Is Teleporting Himself In Ours The Least Required Time To Teach Us A French Lesson trick again.

Régis, suffering probably from the white page anxiety, fires up the lesson with difficulty yet the engine can start thank to the good old American (of course) Imperialism reflex, as Régis doubtlessly considers that a vulgate that's as old as the Bolshevik calends can still illustrate a valid argument for anybody else than Régis and his friends.

Régis then asserts arbitrarily that 8 Europeans out of 10 agree with the Masters of Régis' position and, not deigning to precise the origin of these Magisterial Proportions of Régis, claims that the other Western Europe heads of states, mainly those of Great Britain, Spain and Italy, are disconnected from their respective public opinions.
Régis therefore protests that, despite this situation, the United States Empire of America chose poor little France as their scapegoat. Régis isn't aware that the United States aren't deprived of common sense up to the point that they would grapple with the nations on their side but, contrariwise, would tend to choose "scapegoats" (whatever that could mean in Régis' mind) within the ranks of those who oppose them, sorry Régis.
It's amazing that an intellectual such as Régis does not perceive the distinction.
In any case, Régis is not afraid to formulate such grievance from the very European country that's been establishing anti Americanism as a rule of conduct for the ordinary and extraordinary political, social and cultural affairs.
Régis grovels in moral relativism and third-worldism to teach us that we, Europeans, are very aware that our Civilization is not since we're much more accustomed with foreign cultures - most notably, according to Régis, Islam - than this primal America and its famous melting pot.
Here, Régis would like to persuade us that every civilizations and cultures have the same unbiased value and consequently, ours are not worth defending against those, more aggressive, attempting to annihilate them.
Consequently, according to Régis' logic, stoning your adulterous wife to death right after having her raped by a bunch of good old village boys on the order of the village's council wouldn't be worse than getting a divorce and paying alimony to the bitch.

It's an example. Unlike Régis, I don't really mean the "bitch" word. Régis must have been very unfortunate in love.

Still, Régis estimates that this is a victory of the European Civilization and its integration model to conclude, in a surge of angelism totally disconnected from reality, congratulating himself over the fact that our suburbs - were Régis never sets a foot - pray to Allah, after all.
Régis apparently prefers to ignore that he probably feels more accustomed with the aforementioned suburbs than the suburbs are with Régis' European model of Civilization. Régis also prefers to ignore that anti-Semite attacks are on the rise and that there are more French Jews everyday who make sure they have the required passports and visas available and ready to leave the country.
Just in case Allah's crackpots would suddenly cease to pray and grab the Kalashnikovs that are piling up in the suburbs where Régis never sets a foot.
But of course, it's also very likely that Régis is secretly rejoicing, in intimate dithyrambs nostalgic of his fellow French President François (yep, Mitterrand) and his feverish imprecations about an hypothetical "Jewish lobby", while his son was dealing illegal arm sales with exotic African dictators, under the loving regard of Mom. French Presidents, you know
Régis accuses, as soon as the second paragraph, the White House for not treating its European allied (namely, The Masters of Régis) as independent states, just to jump on and make fun with, not later than the third paragraph, those "countries of Eastern Europe" and their "training" as "satellite states" denying in fact their legitimacy to be treated as independent states too and therefore justifying the recent Chiraqi adrenalin thrust.
In the case in point, Régis' cynicism - carefully covering over the fact that the "training" of those "satellite countries" was rammed down their throat by the murderous icons of Régis' youth and their tanks - can't hide his gripe for these countries' unanimous disavowal, since they rejected unequivocally the political model Régis has been consecrating all of his life to espouse the one Régis always fought.
Notably with his torturer and child killer buddy, "El Che de las Camisetas¹".

But of course, just as the suburbs that pray to Allah, Régis never had to live all a Régis' life under the yoke from which these now independent states freed themselves with the help of the American Enemy of Régis.
Régis is very reluctant to admit the totalitarian nature of the Butcher of Baghdad and minimize his dangerousness with great haste. And so, in Régis' words, Saddam Hussein is belittled from his status of dictator and international menace to the rank of a vague local potentate, thank to a terminology way older than the origin of Iraq albeit culturally issued from its antiquity. Apart from proving that Régis deserves his rank of French Intellectual by demonstrating the extent of his education, the goal is to dismiss the Iraqi tyrant's threat since this little "satrap" although "cadaverous" is fairly innocuous, after all.

Curiously, Régis fails to notice that on one hand, his subtle Persian reference ("satrap", ooooh you're such a smart ass Régis) is sending a weird echo back to the Saddamite Conqueror's historic-expansionist reverie and, on the other hand, the old trick of the tiny innocuous despot with expansionist views and dreams of past glory is bringing up reminiscence of some disastrous chapters of the XXth century, including those related to the capillary aspects of despotism.
Clearly, even if history does not repeat itself we just can't fail to notice its infelicitous tendency to inspire mustachioed totalitarians with a hard on the "Jewish question" and expansionism, one after the other.

However, Régis advises us not to fear. Régis claims that the innocuous although "cadaverous" satrap is "kept under close surveillance" - like when he's evicting every kind of inspectors for several years - and that there's no way he can importune America and Mr. Bush's family even if, in their incredible duplicity and lack of confidence in the word of the principled Saddam and the claims of the learned Régis, they persuaded themselves he would.
Therefore, twisting reality a bit more for the sake of his rhetoric, Régis doesn't hesitate just a split second to tell us that, no matter the recurrent arrests of Allah's psychos and the seizure of their ricine and explosives stocks by police forces around the world and no matter the strenuous daily struggle of Israel, fundamentalism, that Régis takes great care not to qualify as Islamic, is ebbing.
Consequently, the repeated efforts and the successive blows the American administration delivered to fundamentalism and its troops since the beginning of the war against terrorism will, to the contrary, set it back while pleasing bin Laden's mummy at the same time.
Thus Régis is explaining that in times of conflict, when you confront an enemy and defeat him, it is in fact the enemy who wins and progress. This Theory of Régis being curiously not confirmed by the History of France such as we can read since De Bello Gallico. But Regis won't restrain to point at the fact that the Pentagon itself is not aware of this Universal Rule of Régis and carry on advising us not to indispose the enemy for it provokes his resentment instead of his gratitude and after all, at the risk of being killed, it's better to be killed by some flourished and life enjoying lad.
Régis then winds up with another portion of "Empire", offering himself the enjoyment of mentioning its "decline" since after all, senescence shall not deprive us from the ecstatic pleasure of phantasm.
Régis won't forget to demonstrate the Wisdom of Old Europe when it comes to international politics going back as early as the Crusades (a very "fashionable" example among the new friends of Régis who pray to Allah in the suburbs where Régis never sets a foot) and the Grand Charles (yep, "de Gaulle") of the post Indo-Chinese rout, dubbed Old Champion of the Old Europe of Régis (being "El Libertador del Régis²", let's not forget about that) loyal to America, according to Régis, when he warned those "impulsive" and "shortsighted" cow-boys their B-52's would not be able to do anything against Vietnamese nationalism, considering that La Grande France had her ass kicked graciously just to prove it.
Thus Régis estimates that Europe's Wisdom, from the Crusades to Algiers, is the brilliant result of its successive failures in the fields of diplomacy as well as military power, which casts a most necessary light on Régis' position pertaining to the reasons and means to confront Saddam Hussein.
What's more, Regis still has a fair amount of cynicism available when he's lecturing America with the Grand Charles as the middleman, forgetting to detail that the Vietnamese snare was indeed the conjoint result of the inaptitude of the French pole of Old Europe to manage the remnants of its colonial empire - despite its Crusade old Régissian Wisdom - and the terrorist push of Régis' political idols, including among others, the Cuban Régis Friendship, sunbathing on the Ho Chi Minh trail.
However, and unless I'm mistaking, despite the loyal Grand Charles' advices, the B-52 did succeed against the Vietcong terrorism Vietnamese nationalism. Militarily at least.
For if this war was partially lost for America, and totally for the Vietnamese people, it was indeed on the political scene, thanks to the propaganda and the "peace" protests of the old Internationalist Friendship of Régis.
Howsoever when it comes to that Vietnamese nationalism subject, I lean to trust History's lessons, Soviet archives and secondarily the poignant tales of this former boat people family who once lived in the house next to mine a tad more than Régis, his Old Champion and his Internationalist Friendship.
Régis also asserts that Europe is defending a secular vision of the World of Régis so he can dart in a virulent diatribe against one of the old demons of Régis, the American Puritanism and the supposed theological underpinning of its policy.
Since Régis was apparently rejoicing about his suburbs' practices in the fourth paragraph, we can then deduce it is more respectable to pray to Allah in the suburbs than to God in Washington.
Consequently, and unless one can really and totally deny the influence of religious practices over the pursue of secular affairs either in Washington, in the French suburbs and in Baghdad, Régis appears more favorable to the god of the suburbs than to the one of Washington, which gives rise to a certain doubt when it comes to the objectivity and unshakable secularity of the vision defended by the Europe of Régis.

The Secular Régis therefore point at what everybody noticed already when he asserts that, unlike Puritan America, Régis' Europe is not the hostage of a 'sacred' morality and that it is not resorting to grunt's schemes such as ultimatums and protectorates, this being the exact point where the sympathetic regime of North Korea, although Socialist and secular like Régis, seems to disagree with him, leastwise in the facts, and therefore just stopped to take Régis' lesson to get back to ultimatums.
This glitch won't impede Régis to pursue and indicate that Europe is beyond the 'monotheistic binary logic' of the Puritan America and is now on the higher grounds of political politics, much more adequate according to Régis to perceive the subtle levels of Evil but also of Good, of Hostility but also of warm Friendship that are to be found in the hijacking of airliners, slitting of some stewardess' throat with cardboard cutters and crashing of the aforementioned airliners into various buildings crowded with thousands of people, leaving them the subtly varied choices of dying scorched alive, crushed on the asphalt after a dizzy tumble or partly scorched alive and crushed on the asphalt after a dizzy tumble which illustrate perfectly, as Régis says, that Washington should finally accept to count to three because the Europe of Régis knows now that the planet is too complex and plural to suffer insertion into a boorish monotheistic binary logic.

Régis therefore advise all of us who are at risk to die scorched alive in a building or an airliner, crushed on the asphalt after a dizzy tumble, in the explosion of a night club or that of a suicide bomber, or just thrown out of a train in the French suburbs because of their religion, culture or civilization that's not worth defending, as well as to those who would fight to spare them that fate, to soberly weight the threats, without emotional obfuscation, this attitude being more attuned to our current world.

At that point, I must honestly confess to my reader that I failed to follow Régis lesson and unfortunately let myself obfuscate by emotion. I know I am, therefore, illustrating the limits of Régis' axiom. However, for the sake of debate, I'd be glad to help Régis make his point if I can. It will therefore be my honor to kick Régis' face repeatedly just to see if he can empirically and soberly weight the threat I would represent for him without emotional obfuscation or if his axiom holds nothing but a theoretical value to sermon America in the New York Times.

Anytime Régis.

Nonetheless, Régis having himself convinced of the contemporaneity of his Vision of the World, resort to a last cliché to conclude his article in a pirouette we're familiar with since all the Régis of the world first had to start concealing Communist crimes in the name of human rights using any means of rhetoric - including the most acrobatic ones - and, capitalizing one last time on his old Puritan America demon, allows himself the luxury to revert the situation calling America "fundamentalist" and "archaic".
Hence Régis is lecturing America but Régis himself didn't learn much. Régis is still convinced that the Vietcong, Castro (even if Castro betrayed Régis' vision of Castro's revolution when he sacrificed it to tourism and dollars) and Mao are (or were) courageous rebels, indomitable adversaries of American Imperialism, inspired as they were by the radiance of the Great Jacobine Revolution. In the dimension where Régis comes from, the Vietcong won against the B-52s and the American Empire is declining.

Unfortunately when he's visiting ours, Régis has to admit that the heroes of his youth are getting a tad old, or even frankly dead, and that they're not really on the best spots to play the other part of America's binary vision of the world of Régis, considering that even Mao's spiritual sons and daughters are piling up dollars thanks to Nike.

Ergo, Régis is dreaming up, almost vocally, that the Butcher of Baghdad and those who pray to Allah with a Kalashnikov at hand could be the most probable and desirable pretendants to Régis' Idol Throne, left vacant by its previous occupiers.
Régis fails to consider the fact that no Butcher, from Baghdad or anywhere else, would make a difference between Régis and me - according to a surprising monotheistic binary logic that summarizes to "us against the infidels" - if they get to the vacant throne and, according to the same monotheistic binary logic would offer us a simple "white or black, good or evil, friend or enemy" choice: conversion or extermination.

But Régis probably hopes his long experience with French lessons would earn him a more comfortable rank as the Kapo in the camps and ghettos the third totalitarianism will certainly not fail to establish.
That being said, it is not the content of Régis' lesson that's important. After all, you can't expect from a Régis Debray the understanding and intellectual courage of a François Furet.
No, it's the very presence or Régis in the arena, alongside his French lesson and his arsenal of old style list of arguments, including those he unfortunately forgot to dust off or hide out under the carpet, that's significant.

Régis and his old style list of arguments are giving away a few hints. Not much, of course but enough to try to outline a theory:

Maybe it's not the fear that the little family would learn he screwed the maid that's leading Jacques Chirac in his domineering old Dad's diatribes.

It could be passion. It could be exaltation of the fight.

For what we're attending here, which could explain this Régis' lesson in the style of a French Walter Duranty or Wilfred Burchett, more than the premise of a new war could be the echoes of an ancient one.

What we're attending here could be one of the last battles of the Cold War. Not against the Evil Empire, hopefully defunct (although Putin..) but against one of its most improbable satellite, France.
After all, despite American efforts and help, maybe the Battle of France of the Cold War was won unexpectedly.
Not by the Communist bloc, dead or dying but by its Fifth Column, the Parisian Useful Idiots, sparing the aforementioned bloc the need to move even a single tank.
As with many battles implying France, maybe this one was won without a shot fired and without anything else but a symbolic resistance. Thus we didn't notice.
Paris, as usual is declared open and our politicians, intellectuals, heads of states, their underlings and their wives hustle to sleep with the enemy.

The current events give me a pretext for a short digression: it looks like yesterday was a wonderful example of these shameful bacchanals. When the whole spectrum of the French political class, from one extreme to the other, shows that it didn't loose its ability to slavishly pledge allegiance to any given despot (even if he's still thousands miles away) as their peers did more than 60 years ago, I'm starting to seriously consider, just like the French Jews do, to get my passport ready before the French administration starts, once again, to fill boxcars with a part of the French citizens.

France won't be worth the resistance. There are other nations standing for other values worth fighting for.
I'll renounce my French nationality without regret.

End of the digression and back to Régis:

What Régis and all the Régis in the world have to loose if another dictatorship, Socialist or not, is ended by America again, it may be the validity and the survival of their authoritarian - or at least interventionist - economical and political model.
Not mentioning the radiance of the Great Jacobine.

And it could very well be the last straw this time. Coup de grâce.

Particularly if others, in the same move, topple from tyranny to a liberal democracy in the "American way".

Like a domino theory that, for once, would go in the right direction of History.



¹ : The Che of the T-Shirts (Che Guevara, in the official dissident frogman's idiom)
² : The liberator of Régis.
ATTENTION : très long post dans un style ampoulé écrit en écoutant Paul Oakenfold (Live à Creamfields, août 2001) à un volume déraisonnablement haut.

Désolé. Régis Debray dans le New York Times m'a vraiment mis les nerfs je crois.


Depuis ces fameux défilés pour la paix des assassins auxquels j'ai réagit de manière purement émotionnelle dans un premier temps en produisant ce petit clip au succès inattendu, je ne cesse de m'interroger sur les motivations réelles de ces vociférant activistes, en France en tout cas, dont l'apparent attachement à la 'paix' dans le monde masque mal la violence de leur rhétorique, la nocivité de leur filiations idéologiques et les miasmes délétères qui se dégagent, en dépit de leurs efforts, de leurs sympathies.

Revenant en arrière, l'esprit plus serein et considérant le mantra mille fois répété "Saddam est un terrible dictateur sanglant qui assassine sans vergogne et de la manière la plus ignoble hommes, femmes et enfants, mais..." je me suis interrogé toute la semaine passée sur ce qui pouvais bien motiver ce "mais..." dont l'incohérence le dispute à l'inadéquation et, en toute franchise, à l'abjection.

Pourquoi ces arguments fallacieux inversant sans vergogne la nature même des nations belligérantes et plaçant les démocraties du monde libre dans le rôle des agresseurs ? (Belligérantes car pour mémoire, c'est un cessez le feu qui à été conclu il y à 12 ans avec l'Irak. Pas un traité de paix.) Pourquoi cet acharnement quasi hystérique à défendre le régime de Saddam Hussein alors même que lesdits défenseurs ont parfaitement conscience de sa nature foncièrement criminelle ("oui, mais...") et dans le même temps, pourquoi ces charges répétées contre George W. Bush, son administration et ses alliés par le biais d'un arsenal de mensonges aussi soigneusement élaborés contre eux qu'il ne l'est en faveur de son adversaire ? Pourquoi la Gauche inconséquente, l'extrême Gauche amnésique s'imaginant un second printemps, le semblant de Droite française prostituée à ces derniers et l'extrême Droite toujours en quête d'opportunités s'unissent-ils soudainement et communient-ils dans une union sacrée "contre la guerre" en occultant soigneusement les raisons de la faire et en brandissant la paix comme en d'autres occasions ils brandissent la liberté, les droits de l'homme ou la justice sociale, c'est à dire comme un paravent de moralité ? Pourquoi Jacques Chirac s'est il tout aussi soudainement, et de lui même, mis en danger de rupture d'anévrisme et s'en est il pris à la moitié de l'Europe d'une manière aussi incroyablement maladroite, néfaste et insultante ?

J'ai bien conscience que la France ne tient pas vraiment à ce que la coalition qui va prochainement libérer l'Irak mette le nez dans la comptabilité de Saddam Hussein. L'Allemagne non plus d'ailleurs. La Russie quand à elle veut juste continuer à vendre ses stocks de kalachnikov au triple du prix car les génocides, en Chechenie comme ailleurs, ça coûte cher à financer.
J'ai cependant peine à croire que cela suffise à justifier une telle débauche d'efforts et une telle prise de risque (diplomatique dans un premier temps) de la part de Jacques Chirac et de sa fine équipe.

Après tout, l'homme n'en est pas à son premier méfait et ne s'en porte apparemment pas plus mal. Inutile de rappeler que son élection lui a permis d'échapper 'légalement' à de diverses et variées poursuites judiciaires. Le Champion Français (et partiellement Européen) de la Paix est donc un homme corrompu mais je ne crois pas que la seule perspective de voir la forfaiture de ses aventures Irakiennes étalées au grand jour puisse suffire à expliquer une telle crise de nerfs.

Sa bouffée de chaleur et son jet de venin contre la Jeune Europe m'ont au moins convaincu que ce n'est pas la peur des squelettes du placard qui mène Jacques Chirac, sans pour autant m'éclairer sur les raisons sous jacentes, autres que la défense pure et simple des inhabituellement juteux contrats pétroliers avec Saddam, et des ventes d'armes à son régime meurtrier, cela va de soi.
Et puis Régis est arrivé. Régis Debray.

Régis le rebelle, révolutionnaire à la petite semaine qui, un jour, pu sauver ses fesses des prisons boliviennes où, pour sa grande infortune, il avait suivi son ami tortionnaire et tueur d'enfant - entre autres - (oui, "El Che de las Camisetas¹"), grâce aux relations de sa maman dans l'entourage du grand Charles (oui, "de Gaulle") et ainsi rejoindre son confortable appartement parisien qu'il avait entre temps prêté pour dépanner ses amis terroristes de la bande Baader-Meinhof dans le besoin.

Régis s'est fendu d'un article pour le New York Times et Régis l'a nommé d'une manière soigneusement prétentieuse "Leçon de français", par Régis (Debray).

Adoncques, de la Leçon de Régis, le dissident frogman tente d'apprendre.
Force est de constater cependant qu'il n'y a pas grand-chose de nouveau dans la leçon de Régis. Régis a dépoussiéré un peu sa vieille rhétorique mais à peine. Régis nous refait encore le coup de l'Empire Américain, Régis nous refait encore le coup du Puritanisme Américain, Régis nous refait encore le coup de l'Agresseur Américain et Régis nous refait encore le coup de l'Europe des Lumières.

Mais surtout, Régis nous refait le coup du Vieil Idéologue Ayant Passé Les Dernières Décades Dans Une Dimension Parallèle Et Ne Se Téléportant Dans La Nôtre Que Le Temps Minimum Requis Pour Nous Donner Une Leçon De Français. Encore.

Régis, éprouvant sans doute l'angoisse de la page blanche, peine à débuter la leçon autrement qu'avec le bon vieil automatisme de l'Impérialisme (forcément) Américain, estimant sans doute qu'une vulgate éculée remontant aux calendes bolcheviques peut encore constituer un argument pour n'importe qui d'autre que Régis et ses amis.

Régis affirme ensuite arbitrairement que 8 sur 10 européens sont d'accord avec la position des Maîtres de Régis, et sans juger bon de nous éclairer sur la provenance de ces Magistrales Proportions de Régis, que c'est le restant des dirigeants d'Europe de l'Ouest qui sont coupés de leurs opinions publique, principalement ceux de Grande Bretagne, Espagne et Italie. Régis proteste donc que malgré cela, les Etats Unis ont choisi la France comme bouc émissaire. Régis ne semble pas prendre conscience que les Etats Unis ne sont pas dénué de bon sens au point de s'en prendre aux nations qui sont de leur côté mais bien au contraire qu'ils auront plutôt tendance à choisir leurs " boucs émissaires " (quelle que soit la signification que Régis donne à ce terme) parmi celles qui s'opposent à eux, n'en déplaise à Régis.
Etonnant qu'un intellectuel comme Régis ne perçoive pas la distinction.
En tout état de cause, Régis ne craint pas de déposer ce genre de doléance dans le pays d'Europe qui à fait de l'anti-américanisme une règle de conduite des affaires politiques, sociales et culturelles ordinaires et extraordinaires.
Régis se vautre dans le relativisme moral et le tiers mondisme et nous apprends que nous Européens savons, ne vous en déplaise, que notre civilisation ne l'est pas car nous sommes bien plus accoutumés aux cultures étrangères - notablement, selon Régis, l'Islam - que cette Amérique primaire et son fameux melting pot.
Régis veut donc nous persuader que toutes les civilisations et les cultures se valent objectivement et qu'en conséquence, les nôtres ne valent pas la peine d'être défendues contre celles, bien plus agressives, qui tentent des les annihiler.
A titre d'exemple et selon la logique de Régis, lapider à mort sa femme adultère après qu'elle eut été collectivement violée par quelques braves gars du village sur ordre du conseil dudit village ne serait donc pas pire que de divorcer d'elle et de payer une pension alimentaire à cette garce.

C'est juste un exemple. Contrairement à Régis, je ne le pense pas vraiment quand je dis " garce ". Régis a du être malheureux en amour.

Quoi qu'il en soit, Régis considère que c'est là une victoire de la civilisation Européenne et de son modèle d'intégration pour conclure dans une envolée d'angélisme totalement déconnecté des réalités, en se félicitant car les banlieues - où Régis ne met jamais les pieds - prient Allah, après tout.
Régis préfère probablement ignorer qu'il se sent certainement plus accoutumé aux banlieues en question que lesdites banlieues ne le sont avec le modèle Européen de Civilisation de Régis.
Régis préfère également ignorer que les attaques antisémites se multiplient et que les Juifs français sont de plus en plus nombreux à s'assurer qu'ils disposent des passeports et visa nécessaires pour quitter le pays.
Juste au cas où les fous d'Allah cesseraient subitement de prier pour se munir des kalachnikov qui s'empilent dans les banlieues ou Régis ne met pas les pieds.
Cela dit, il est aussi fort probable que Régis s'en réjouisse en d'intimes dithyrambes nostalgiques de son ami François (oui, Mitterrand) et de ses imprécations fiévreuses quand à un hypothétique "lobby Juif" pendant que le fiston vendait des armes en sous mains à d'exotiques dictatures africaines sous l'oeil attendri de Maman. Les Présidents français, hein
Régis accuse, dès le second paragraphe, la Maison Blanche de ne pas traiter ses alliés Européens (nommément les Maîtres de Régis) comme des états indépendants, pour s'empresser dans le troisième de se gausser de ces "pays d'Europe de l'Est" et de leur "entraînement" à être des "états satellites", leur refusant de fait la légitimité d'être traité, eux aussi, en états indépendants et justifiant ainsi la récente poussée d'adrénaline Chiraquienne.
En l'occurrence le cynisme de Régis - qui occulte soigneusement le fait que "l'entraînement" de ces "états satellites" leur fût enfoncé dans la gorge par les icônes meurtrières de sa jeunesse et leurs chars d'assaut - dissimule mal sa vexation devant le désaveu unanime desdits états qui ont rejetés sans équivoque le modèle politique auquel lui, Régis à consacré toute sa vie pour, a contrario et a fortiori, épouser celui que Régis à toujours combattu.

Notamment avec son ami tortionnaire et tueur d'enfant - entre autres - "El Che de las Camisetas¹".

Il est vrai que parallèlement aux banlieues où on prie Allah, Régis n'a jamais eu à vivre toute sa vie de Régis sous le joug dont ces états désormais indépendants se sont libéré, grâce à l'Ennemi Américain de Régis.
Régis ne reconnaît que du bout des lèvres la nature totalitaire du Boucher de Bagdad et s'empresse au plus vite d'en minimiser la dangerosité. Ainsi, dans la bouche de Régis, Saddam Hussein se voit rabaissé de son trône de dictateur et de menace internationale au rang de vague potentat local, à l'aide d'une terminologie bien antérieure à la naissance de l'Irak mais culturellement issue de son antiquité. Le but étant, au delà du besoin pour Régis de mériter son titre d'Intellectuel Français en démontrant l'étendue de sa culture, de ne pas admettre la menace que constitue le tyran Irakien, considérant que ce petit "satrape", bien que "cadavéreux", n'est finalement que fort inoffensif.

Curieusement, Régis ne semble pas remarquer que ses fines allusions Perses (" satrape ", Oooh sacré malin ce Régis) renvoient un curieux écho aux rêveries historico expansionnistes du Conquérant Saddamite d'une part et que d'autre part, le coup du petit despote inoffensif au visées expansionnistes et aux rêves de gloires passées n'est pas sans attiser quelques réminiscences de certains chapitres désastreux de l'histoire du siècle de Fer, dit le XXe, y compris au niveau des attributs capillaires du despotisme.
En clair, même si l'histoire ne se répète pas nous ne manquons pas de constater qu'elle à une fâcheuse tendance à inspirer de moustachus totalitaires, concernés notamment par la "question juive" et l'expansionnisme, les uns à la suite des autres.

Malgré tout, Régis nous conseille de ne point craindre. Régis nous affirme en effet que l'inoffensif bien que "cadavéreux satrape" est gardé sous "étroite surveillance" - comme par exemple lorsqu'il expulse toutes sortes d'inspecteurs pendant plusieurs années - et qu'il ne risque donc pas d'importuner l'Amérique et la famille Bush, même si celles ci, dans leur incroyable duplicité et leur manque de confiance en la parole de l'intègre Saddam et les affirmations du docte Régis s'en sont elles mêmes persuadées.
D'autre part, pliant toujours un peu plus la réalité aux besoins de sa rhétorique, Régis n'hésite pas une seconde à nous affirmer que malgré les arrestations répétées de fous d'Allah et la saisie de leurs stocks de ricine ou d'explosifs par quasiment toutes les polices du monde ainsi que la lutte acharnée au quotidien d'Israël, le fondamentalisme, que Régis prends bien garde de ne pas qualifier d'Islamiste, recule.
En conséquence, les efforts répétés et les coups successifs de l'administration Américaine portés contre lui et contre ses troupes depuis le début de la guerre contre le terrorisme vont bien au contraire le faire revenir en faisant plaisir à la momie de bin Laden par la même occasion.
Régis nous explique donc que lorsque l'on confronte un ennemi dans le cadre d'un conflit et qu'on le défait, c'est en fait l'ennemi qui gagne et qui avance. Cette théorie de Régis n'étant curieusement et malheureusement pas confirmée par l'Histoire de France, telle que nous la pouvons lire depuis De bello Gallico. Régis ne se prive d'ailleurs pas de faire remarquer à quel point le Pentagone lui même ignore cette Loi Universelle de Régis et poursuit en conseillant de ne point indisposer l'ennemi car cela provoque son ressentiment au lieu de sa gratitude ce qui pourrait l'amener à nous tuer de mauvaise humeur et après tout, quitte à être tué, autant que cela soit par quelqu'un d'épanoui et heureux de vivre.
Régis conclu en reprenant une part "d'Empire" et en s'offrant cette fois la jouissance d'en mentionner le "déclin" car après tout, la sénescence ne doit pas nous faire renoncer au plaisirs extatiques du fantasme.
Régis n'oublie pas de nous démontrer la Sagesse de la Vieille Europe en matière de politique internationale en n'hésitant pas pour cela à remonter aux Croisades (exemple très "tendance" chez les nouveaux amis de Régis qui prient Allah dans les banlieues ou Régis ne mets pas les pieds) et au grand Charles (oui, "de Gaulle") de l'après déroute Indochinoise, adoubé Vieux Champion de la Vieille Europe de Régis (Etant "El Libertador del Régis²", ne l'oublions pas) loyal, selon Régis, envers l'Amérique lorsqu'il eut la bonté de prévenir ces cow-boys "impulsifs" et "à la vue basse" que les B-52 ne pourraient rien contre le nationalisme Vietnamien, la Grande France s'étant fait gracieusement botter le cul une fois de plus rien que pour le prouver formellement.
Régis estime donc que la sagesse de l'Europe en la matière, des Croisades jusqu'à Alger, est le brillant résultat de ses échecs successifs tant sur le plan de sa diplomatie que de sa puissance militaire, ce qui éclaire d'une nécessaire lumière la position de Régis quand aux raisons et aux moyens de confronter Saddam Hussein.
Régis, de plus, ne manque toujours pas de cynisme lorsqu'il sermonne l'Amérique par l'intermédiaire posthume du grand Charles, en "oubliant" de préciser que le nid de guêpe Vietnamien fut bien le résultat conjoint de l'incapacité du pôle français de la Vieille Europe à gérer les reliquats de son empire colonial malgré sa sagesse Régissienne vieille comme les Croisades et de la poussée terroriste des idoles politiques de Régis, avec entre autres l'Amicale Cubaine de Régis, venu prendre le soleil sur la piste Ho Chi Minh.
Quoi qu'il en soit, et contrairement aux conseil du loyal grand Charles, les B-52 ont, me semble-t-il, réussi contre le terrorisme Vietcong nationalisme vietnamien. Militairement en tout cas.
Car si cette guerre fut partiellement perdue pour l'Amérique et totalement pour le peuple vietnamien, c'est en effet sur le plan politique et ce, grâce à la propagande et aux manifestations "pour la paix" de l'internationale des vieux amis de Régis.
En tout état de cause, je fais un poil plus confiance sur le sujet du "nationalisme vietnamien" aux enseignements de l'Histoire, des archives soviétiques et accessoirement aux récits poignants de cette famille d'ex-boat people qui vécût quelques temps dans la maison d'à côté, plutôt qu'à Régis, son Vieux Champion et l'Internationale de ses vieux amis.
Régis affirme également que L'Europe défend une vision séculaire du monde de Régis pour se lancer dans une virulente diatribe contre l'un des vieux démons de Régis, le Puritanisme Américain, et le fondement censément théologique de la politique américaine.
Gardant en mémoire le fait que Régis semblait se féliciter des pratiques des banlieues dans le quatrième paragraphe nous pouvons déduire qu'il est finalement bien plus respectable de prier Allah dans les banlieues que Dieu à Washington. En conséquence et a moins de nier totalement l'influence des pratiques religieuses sur la poursuite des affaires séculières pour Washington comme pour la banlieue française ou Bagdad, Régis semble donc plus favorable au dieu qu'on prie dans les banlieues de Régis qu'à celui de Washington ce qui ne manque pas de susciter un certain doute quand à l'objective et inébranlable sécularité de la vision défendue par l'Europe de Régis.
Le séculier Régis précise de plus ce que tout le monde avait déjà remarqué lorsqu'il affirme que contrairement à la puritaine Amérique, l'Europe de Régis n'est pas otage d'une moralité sacré et qu'elle ne recours plus à des manigances de soudard tels qu'ultimatum et protectorats, ceci marquant l'endroit exact où le sympathique régime de Corée du Nord, bien que Socialiste et séculaire comme Régis, semble en désaccord avec lui, au moins dans les faits et à cessé de lire la leçon de Régis pour retourner au lancement d'ultimatums.
Ce contretemps n'empêche pas Régis de poursuivre en signalant que l'Europe est passée par delà la rustre logique monothéiste binaire de la Puritaine Amérique pour atteindre le stade supérieur de la politique politicienne, bien plus à même, selon Régis de discerner les subtiles niveaux de Mal mais aussi de Bien, d'Hostilité mais aussi d'Amitié chaleureuse qu'il se puisse trouver dans le détournement d'avions de ligne remplis de passager, l'égorgement de quelques hôtesses de l'air au cutter et l'écrasement desdits avions dans divers building remplis de milliers d'autres personnes leur laissant le choix subtilement varié de mourir brûlé vif, écrasé sur l'asphalte après une chute vertigineuse ou partiellement brûlé et écrasé sur l'asphalte après une chute vertigineuse ce qui démontre bien, comme le dit Régis, que Washington devrait finalement accepter de compter jusqu'à trois car l'Europe de Régis sait maintenant que la planète est trop complexe et plurielle et ne se réduit pas à une rustre logique monothéiste binaire.

Régis conseille donc à tous ceux d'entre nous qui s'exposent au risque de mourir brûlé vif dans un building ou un avion de ligne, écrasé sur l'asphalte après une chute vertigineuse, dans l'explosion d'une boite de nuit, d'un Djihadi suicidaire ou simplement jeté d'un train de banlieue française et ce en raison de leur appartenance à une religion, une culture ou une civilisation qui ne vaut pas la peine d'être défendue, ainsi qu'à ceux qui voudraient se battre pour nous épargner ça, de peser sobrement l'ampleur de la menace sans se laisser aveugler par l'émotion, cette attitude étant bien plus en harmonie avec le monde dans lequel nous vivons.

A ce point, je dois honnêtement confesser au lecteur que j'ai échoué à suivre l'enseignement de la leçon de Régis et me suis malheureusement laissé aveugler par l'émotion. J'ai bien conscience que, ce faisant, je démontre les limites de l'axiome de Régis. Cependant, je suis prêt, au nom du débat, à aider Régis à établir son argumentation. Cela constituera donc un grand honneur pour moi que de mettre répétitivement mon pied dans la face de Régis afin que nous puissions juger s'il est en mesure de peser empiriquement et sobrement l'ampleur de la menace que je représente pour lui sans se laisser aveugler par l'émotion ou si son axiome n'a d'autre valeur que théorique pour sermonner l'Amérique dans le New York Times.

Quand tu veux Régis.

Néanmoins, Régis s'étant ainsi persuadé de la contemporanéité de sa Vision du Monde ne se prive pas de recourir à un dernier poncif pour conclure, dans une pirouette à laquelle nous ont habitué tous les Régis du monde depuis qu'il faut dissimuler les crimes communistes commis au nom des droits de l'homme, par tous les moyens rhétoriques -- y compris les plus acrobatiques -- en capitalisant une dernière fois sur son vieux démon de "l'Amérique Puritaine" ce qui lui offre le luxe de retourner la situation en qualifiant l'Amérique de "fondamentaliste" et "d'archaïque".
Régis fait donc la leçon à l'Amérique mais Régis n'a lui même pas appris grand chose. Régis est toujours convaincu que le Vietcong, Castro (même si Castro à profondément déçu Régis en sacrifiant la Révolution aux touristes et aux dollars) et Mao sont (ou étaient) de courageux rebelles, opposant indomptables de l'impérialisme américain, inspirés qu'ils furent par le rayonnement de la Grande Révolution Jacobine.
Dans la dimension parallèle d'où vient Régis, le Vietcong a gagné contre les B-52 et l'Empire Américain est en déclin.

Lorsqu'il daigne venir dans notre dimension par contre, Régis est bien forcé de reconnaître que ses héros de jeunesse se font vieux, voir pour certains carrément morts et qu'ils ne sont plus franchement dans le peloton de tête pour jouer le pendant à la vision binaire du monde des américains, étant donné que même les fils spirituels de Mao empilent les dollars grâce à Nike.

Et Régis de s'imaginer presque à voix haute que le Boucher de Bagdad et ceux qui prient Allah avec la kalachnikov à porté de main sont de bien plus probables et désirables prétendant au trône des idoles de Régis, laissé malencontreusement vacant par ses précédents occupants.
Régis ne relève pas le fait que les bouchers de Bagdad ou d'ailleurs ne feront aucune différence entre Régis et moi - selon une logique curieusement monothéiste et binaire se résumant à " nous contre les infidèles " - s'ils accèdent au trône vacant et ne nous laisserons selon la même logique curieusement monothéiste et binaire qu'un simple choix dans la ligné "noir ou blanc, bien ou mal, ami ou ennemi" : conversion ou extermination.
Mais Régis s'imagine sans doute que son long passé de leçons de Français lui vaudront peut être une place plus enviable de kapo dans les camps et les ghettos qui ne manqueront pas d'être installés par le troisième totalitarisme.
Cela dit, ce n'est finalement pas le contenu de la leçon de Régis le plus important. On n'attend pas, après tout, d'un Régis Debray qu'il ait l'intelligence et le courage intellectuel d'un François Furet.
Non, c'est la présence même de Régis dans l'arène, de sa leçon de français et de son recours à de vieux coucous argumentaires, y compris de ceux qu'il a malencontreusement oublié de dépoussiérer ou de planquer sous le tapis, qui est significative.

Régis et ses vieux coucous me donnent en effet quelques pistes. Partielles évidemment, mais suffisantes pour tenter d'ébaucher une théorie :

Ce n'est probablement pas la peur que la petite famille apprenne qu'il s'est tapé la bonne qui mène Chirac dans ses diatribes de vieux père autoritaire.

C'est peut être la passion. L'ivresse du combat.

Car ce à quoi nous assistons aujourd'hui, et qui pourrait expliquer cette leçon de Régis à la manière d'un Walter Duranty ou d'un Wilfred Burchett français, ce ne sont peut être pas tant les prémisses d'une nouvelle guerre que les échos d'une ancienne.

Ce à quoi nous assistons est peut être l'une des dernières batailles de la Guerre Froide.

Non pas contre l'Empire du Mal, fort heureusement défunt (quoique Poutine...), mais contre l'un de ses plus improbable satellites, la France.
Car peut être qu'en dépit de l'aide et des efforts américains et contre toute attente la Bataille de France de la Guerre Froide a bien été gagnée. Non pas par le bloc Communiste mort ou moribond mais par sa cinquième colonne, celle des Idiots Utiles parisiens, et sans que ledit bloc n'ait eût à déplacer un seul char.
Car comme c'est bien souvent le cas avec toute bataille impliquant la France, celle-ci fût peut être gagnée sans tirer un seul coup de feu et sans rencontrer autre chose qu'une symbolique résistance. Et nous n'avons rien remarqué.
Paris, comme à son habitude, est déclarée ville ouverte et nos politiques, intellectuels, hauts fonctionnaires, leurs sous-fifres et leurs femmes s'empressent de coucher avec l'occupant.

L'actualité me fournit d'ailleurs le prétexte à une courte digression : il semble que la journée d'hier soit un remarquable exemple de ces honteuses bacchanales. Lorsque l'ensemble de la classe politique française, d'un extrême à l'autre, montre qu'elle n'a rien perdu des aptitudes à prêter servilement allégeance au premier despote venu (même quand il se trouve encore à des milliers de kilomètres) dont ont fait preuve ses pairs il y a un peu plus de 60 ans, je commence à sérieusement envisager, comme les Juifs français, de mettre à jour mon passeport avant que l'administration française ne se remette à remplir des wagons avec une partie de ses administrés.

La France ne vaudra pas la peine que l'on résiste. Il y a d'autres nations défendant d'autres valeurs et pour lesquelles on peut se battre.
Je renoncerai à la nationalité française sans grand regret.

Fin de la digression et retour à Régis :

Ce que Régis et tous les Régis du monde avec lui ont à perdre si une autre dictature, Socialiste ou pas, est encore vaincue par l'Amérique, c'est peut être la validité et la survie de leur modèle politique et économique autoritaire ou pour le moins interventionniste.
Sans parler du rayonnement de la Grande Jacobine.

Et il se peut fort que cette fois, cela soit le coup de grâce.

A fortiori si d'autres, dans la foulée, basculent de la tyrannie vers la démocratie libérale dite "à l'Américaine".

Comme une théorie des dominos qui, pour une fois, irait dans le bon sens de l'Histoire.


   ¹ : Le Che des Tee-Shirts (Che Guevara, dans l'idiome officiel du dissident frogman's idiom)
   ² : Le libérateur de Régis.

27th

02/2003


Yesterday was Wednesday. On Wednesday, the French National Assembly congregates and talk.

In other places, other people are talking too.

A French Prime minister:
The use of force is not justified in the current circumstances because there is a credible and efficient alternative to war: disarming Iraq with inspections.
A taxi driver from Kerbala:
Only those who get money from Saddam will fight the Americans - the members of the government, the Baath Party and the intelligence - and that's not a lot of people. We've had him since 1979 and we're sick of him.
The president of UMP (Chirac's France unified right party)
There is an alternative to war.
Zaid, a 26 years old Iraqi who did not want his full name to be used for fear of reprisals when he returns:
If the Americans try to reach Baghdad, all the people will come out on the streets to join them. What we don't want is for them to stop in the middle, so that the government can kill us again.
A French UDF representative (centrists):
(France) should repeat firmly its will to stand out of a military intervention.
An unemployed 23 year old Iraqi from Basra:
We want the Americans to come, and if they come tomorrow it will not be too soon.
The president of the French Communists:
(we plead for) a peremptory no to war.
Aqil, a tailor from the southern town of Najaf:
There are reports on the television that all the people of Iraq support Saddam, that they don't want war. It just isn't true. If you don't go outside and demonstrate, the intelligence (agents) will come and ask you why you didn't go.
The president of the French Socialists:
To veto is first of all to say "no" to preventive war. It's the mean given to France to refuse to hand over a legal cover to an illegitimate military intervention. It's denying the flag of the UN to a cause that is not the world's but the one of the Bush administration.
Ismail Khalil Ibrahim:
The people of Iraq want war tomorrow. Ask any Iraqi, are you ready to take a gun and fight with the American soldiers, and he will say, yes, we will go in front of the American soldiers to Baghdad.
The president of the French Communists insists:
(Communists) request, if needed, a French veto to any action (that would justify) this unjustifiable war.
So does Aqil:
We will be angry with America if they don't come to remove Saddam Hussein. They could have removed him before, and all the Iraqi people were behind the Americans, but they didn't do it. This time, we pray that they will.
Maybe Wormsey should tell Aqil to "shut up" as well.

Okay, don't worry Wormsey, I'll do it:
Please Aqil, could you have the decency to bite the dust silently and stop spoiling the wonderful and so rare unity of the whole French political spectrum?
Hier c'était mercredi. Le mercredi, l'Assemblé Nationale se réunit et parle.

Ailleurs, d'autres parlent aussi.

Un Premier ministre français:
l'usage de la force ne se justifie pas dans les circonstances actuelles car il existe une alternative crédible et efficace à la guerre : désarmer l'Irak par les inspections.
Un chauffeur de taxi de Kerbala:
Seuls ceux qui sont payés par Saddam combattront les américains - les membres du gouvernement, du parti Baath et des services secrets - et ça ne fait pas beaucoup de monde. Nous l'avons supporté depuis 1979 et nous n'en pouvons plus.
Le président de l'UMP (la droite unifiée de Chirac France)
Il y a une alternative à la guerre.
Zaid, un Irakien de 26 ans qui n'a pas voulu donner entièrement son nom par peur de représailles lorsqu'il rentrera :
Si les américains tentent d'atteindre Bagdad, tout le peuple sortira dans la rue et se joindra à eux. Ce que nous ne voulons pas, c'est qu'ils stoppent à mi-chemin et que le gouvernement puisse nous tuer à nouveau.
Un député français de l'UDF (centristes) :
(la France) devrait redire avec fermeté sa volonté de rester à l'écart d'une intervention militaire.
Un Irakien de 23 ans sans emploi de Basra:
Nous voulons que les américains viennent et si ils viennent demain, cela ne sera pas trop tôt.
Le président des Communistes français :
(nous plaidons pour) un non catégorique à la guerre.
Aqil, un tailleur de Najaf :
Il y a des reportages à la télévision qui montrent que le peuple d'Irak supporte Saddam et qu'il ne veut pas la guerre. C'est tout simplement faux. Si vous ne sortez pas pour manifester, les agents du Renseignement viennent et vous demandent pourquoi vous n'y êtes pas allé.
Le président des Socialistes français :
Le veto, c'est d'abord dire "non" à la guerre préventive. C'est le moyen qui est donné à la France de ne pas donner une couverture légale à une intervention militaire illégitime. C'est ne pas fournir le drapeau de l'ONU à une cause qui n'est pas celle du monde, mais celle de l'administration Bush.
Ismail Khalil Ibrahim:
Le peuple d'Irak veut la guerre dès demain. Demandez à n'importe quel Irakien, êtes vous prêt à prendre les armes et à combattre aux côtés des soldats américains, et il répondra, oui, nous marcherons devant les soldats américains jusqu'à Bagdad.
Le président des Communistes français insiste :
(les Communistes) demandent, s'il le faut, un veto français à toute démarche (qui justifierait) cette guerre injustifiable.
Aqil aussi :
Nous seront furieux contre l'Amérique s'ils ne viennent pas supprimer Saddam Hussein. Ils auraient pu le supprimer avant et tout le peuple Irakien était derrière les américains mais ils ne l'ont pas fait. Cette fois, nous prions pour qu'ils le fassent.
Peut être que Wormsey devrait dire à Aqil de "se taire" lui aussi.

Bon, t'inquiète pas Wormsey, je m'en charge :
Aqil, pourriez vous avoir la décence de crever en silence et de cesser de gâcher cette splendide et si rare unité de l'ensemble de la classe politique française ?

25th

02/2003


Go to my guestmap now and read the February 25th, 2003 (12:49 PM) entry.

Yes, we'll dance in the streets together when that day of deliverance from the tyrant Saddam comes.

Take care m. kummahalla, wherever you are. God bless you.

And God bless the good people around you.
Allez sur ma guestmap maintenant et lisez l'entrée February 25th, 2003 (12:49 PM).

Oui, nous danserons ensemble dans les rues quand ce jour de délivrance du tyran Saddam sera venu.

Prenez soin de vous m. kummahalla, où que vous soyez. Dieu vous bénisse.

Et Dieu bénisse toutes les personnes de bien autour de vous.

Woke up, logged in, read mail:

(names concealed to protect the friendlies)
Very creative and cool. Might like it even if I disagreed with you. Super graphic on that movie. It's all over the USA. Somebody told me it was on FOX today.

Howard V.
West Hollywood, CA
It's all over the USA.
It was on FOX today.
And all I ask is an oxygen mask, a camisole and a tranquillizer injection. Hurry!

Okay, anybody can confirm this and push me further to the heart attack?

A brother in arms wrote:
Hey Mr. Frogman,
Recently I ran across your web site. Impressed with the banner, I posted the url to the alt.france, and soc.culture.canada newsgroups.
I've already been threatened. :) You must be doing something right! ;)

Thanks again,
Tony B.
Well of course... What else could you expect from those "peace" defenders than insults and threats?
Never forget they side with terrorists and dictators.

Activism for the right cause:
Indispensable & Bien-aimé Frogman:

I wonder if somewhere in France there might be a group of university students who operate a website compatible with yours: democratic, libertarian, anti-totalitarian, and (is it possible?) pro-American.
The reason I ask is that a group of fine young Americans at Oxford, who run an excellent site called Oxblog, have begun to organize a movement called The Oxford Democracy Forum:

http://www.oxdem.org.

They already have a number of affiliates, mostly in the USA, but including the courageous young fighters for democracy, the Student Movement Coordination Center for Democracy in Iran. It is important that they find some friendly voices in France. This business of cheese-eating surrender monkeys has become a sickness. The typical "thinking" American is unaware of the existence of great figures from the past, such as Raymond Aron. Voices of the present such as J-F Revel, André Glucksmann, Alain Finkielkraut and others are unheard. We need an antidote to the cheese-eating toxin.

Please help if you can.

Best Regards,
John V. L.
Indispensable & Bien-aimé Frogman (indispensable and beloved Frogman)

Indispensable
And
Bien-aimé
I'm taking a deep long oxygen-rich breath and calling my Mom.

Well my dear John, I'm afraid the typical "thinking" French is not aware of Raymond Aron either.
Some of them do know about Sartre tho. And that's precisely the problem I guess.
As for the present voices, Bourdieu is dead but the Bourdivins and a bunch of other various impostors are whooping so loud that the fellows you mentioned are indeed, unheard.

Anyway, the message is duly posted and relayed.

I'm just a tad too old now and I've never been part of - or introduced to - the French universities (dig that) but I know for a fact that there are some people coming here who actually are.
I cordially invite them to get in touch with me and I will forward their mails to John.
They can also jump directly to www.oxdem.org and see what can be done.

Although I'm not very optimist when it comes to the orientation of French universities, I won't make any assumptions considering what I've just told you about my (lack of) knowledge of this environment.

That being said, I hope my pessimism will be irrevocably contradicted by a significant mobilization of the French students in favor of democracy and freedom, alongside their American, British and Iranian counterparts.

C'mon. I dare you to surprise me.
Réveillé, connecté, lu le courrier:

(noms occultés pour protéger les gentils)
Très créatif et cool. J'aimerai même si je n'étais pas d'accord avec vous. Superbe graphismes sur ce clip. Il est partout aux USA. Quelqu'un m'a dit qu'il est sur FOX aujourd'hui.

Howard V.
West Hollywood, CA
Il est partout aux USA.
Il est sur FOX aujourd'hui.
Et tout ce que je demande c'est un masque à oxygène, une camisole et une injection de tranquillisants. Vite !

D'accord, quelqu'un peut confirmer et me pousser un peu plus vers l'arrêt cardiaque ?

Un frère d'arme écrit:
Hey M. Frogman,
Je suis tombé sur votre site récemment. Impressionné par la bannière, j'ai posté l'url sur les newsgroups alt.france et soc.culture.canada.
J'ai déjà été menacé. :) Vous devez être en train de faire quelque chose de bien ! ;)

A nouveau, merci,
Tony B.
Bien entendu... Que pouvez vous attendre d'autre que des insultes et des menaces de la part des défenseurs de la "paix" ?
N'oubliez jamais qu'ils se rangent aux côtés des terroristes et des dictateurs.

Activisme pour la bonne cause :
Indispensable & Bien-aimé Frogman:

Je me demande si il est possible que quelque part en France, un groupe d'étudiants publie un site web compatible avec le votre : démocratique, libertarien, anti totalitaire et (est ce possible ?) pro-américain.
La raison de ma demande c'est qu'un groupe d'excellents jeunes américains à Oxford, qui maintiennent un très bon site nommé Oxblog, ont commencé à organiser un mouvement appelé The Oxford Democracy Forum :

http://www.oxdem.org.

Ils ont déjà un certain nombre d'affiliés, principalement aux USA, mais incluant également les courageux jeunes combattants pour la démocratie du Student Movement Coordination Center for Democracy in Iran. Il est important qu'ils trouvent des voix amicales en France. Cette histoire de singes capitulards bouffeurs de fromage est devenue une maladie. L'Américain "raisonné" typique n'est pas informé de l'existence des grandes figures du passé tel Raymond Aron. Les voix du présent telles que celles de J-F Revel, André Glucksmann, Alain Finkielkraut et d'autres ne sont pas entendues. Nous avons besoin d'un antidote à la toxine de l'ingestion fromagère.

Merci d'aider si vous le pouvez.

Cordialement,
John V. L.
Indispensable & Bien-aimé Frogman

Indispensable
Et
Bien-aimé
Je prends une profonde inspiration d'air saturé en oxygène et je téléphone à ma Maman.

Cela dit mon cher John, je crains fort que le Français "raisonné" typique ne soit pas non plus au courant à propos de Raymond Aron.
Mais certain d'entre eux connaissent Sartre. Et c'est précisément le problème j'imagine.
Quand aux voix du présent, Bourdieu est mort mais les Bourdivins et quelques autres imposteurs hurlent si fort que les gars que vous avez mentionnés ne sont pas entendus, en effet.

Quoi qu'il en soit, le message est dûment posté et relayé.

Je suis juste un poil trop vieux maintenant et je n'ai jamais fait partie, et n'ai jamais été introduit dans le milieu des universités françaises (creusez ça) mais je tiens pour acquis que certaines personnes qui visitent ce site le sont.
Je les invite donc cordialement à entrer en contact avec moi et je ferai suivre leurs mails à John. Ils peuvent aussi se rendre directement sur http://www.oxdem.org et voir ce qui peut être fait.

Bien que je ne sois pas très optimiste quand à l'orientation des universités de ce pays, je ne formulerais aucun a priori, considérant ce que je viens juste de révéler sur mon manque de connaissances de ce milieu.
Cela étant, j'espère que mon pessimisme sera irrévocablement contredit par un mobilisation significative d'étudiants français en faveur de la démocratie et de la liberté aux côtés de leurs homologues américains, britanniques et iraniens.

Z'y va. Je vous mets au défi de me surprendre.

24th

02/2003


Some news about my banner "The Price of Peace". It's still spreading fast. I'm afraid I can't control it anymore. It's alive.

Last Friday, 15,000 people like you visited the dissident frogman's dacha. As a reference, before this banner was created, I was blessed with an average number of 600 visits a day.
No wonder the three download sites exceeded their bandwidth.

I'm still trying to catch up with the amount of great mail I received from great people. Please accept my apologies. I'm doing my best to answer you as soon as possible. 182 messages on line and counting.

This is not directly related to the banner, but I really think you should see it and read it.

After the TV I learned that the dissident frogman, heading his way into the traditional media, has been mentioned on radio stations. Several readers wrote me that they'd found the dissident's dacha while listening to Neil Boortz (WSB radio in Atlanta, if I'm not mistaking). Thanks Mr. Boortz!
By the way, I particularly enjoy his tagline:
WARNING!
Do not believe anything you hear on my show, or anything you read on the Internet unless it is consistent with what you already know to be true -- or you have actually taken the time to verify the information with another source. That's called "doing your homework."
Here, in this pit of misinformation and barefaced leftist propaganda we call "the press" to make it short, such sensible and honest statement almost looks like it's coming from another planet.

Actually... I think it does.


The dissident frogman and his banner were also commended by Ms. Goldwater, contributing editor to the Tom Marr Show on WCBM in Baltimore.
I agree unconditionally with her tagline: "Erets Yisrael Le'Am Yisrael" (The Land of Israel belongs to the People of Israel).

Also, I received a very friendly and full of praise email from Bryan Suits, telling me he's been talking about the dissident frogman "quite a bit" in his show, on 570KVI broadcasting from Seattle, and sending the link to "everyone he can".

I proudly noticed that Bryan is "a 2nd Lieutenant in the Army", an "independent conservative" and that he "served in Desert Storm, Bosnia and Kosovo".
I received a few mails from people such as Bryan, who stand at the sacrifice of their lives between us and the totalitarians, and I can assure you that each and every of them is an honor I probably don't deserve but accept with great pride.

I must also precise that the drastic conditions required to interview the dissident frogman only apply to the French/European/US/Idiotarian press.
Even though I'll be more than happy to accept any feminine and preferentially lascivious hostage you may provide.

As well as cash, but that goes without saying.

Finally, I'm glad to announce that the banner itself is now making its way through Fortress Europa.
As the tradition commands, the invasion started in Italy, thank to Marco Giaiotto who offered me the Italian translation of the banner text and received the resulting modified banner.
Marco wants to "be able to better express (his) point to Italians" and I'm damn glad we worked that out together.
So if you can read Italian, I invite you to show your support to Marco Giaiotto by visiting his site.

Now maybe I should set up a French version and see if I can open a new front.

Normandy sounds adequate, as far as tradition commands.
Oh no, this is unfair
The bad news of the week end is that Rachel Lucas is taking a break and will stop blogging for a while.

Now life is really a bitch.
Quelques nouvelles concernant la bannière "Le Prix de la Paix". Elle se répand toujours rapidement. J'ai bien peur de ne plus être en mesure de la contrôler. Elle est vivante.

Vendredi dernier, ce sont 15,000 d'entre vous qui ont visité la dacha du dissident froman. A titre indicatif, avant que cette bannière ne soit créée, je m'estimais béni de recevoir 600 visites par jour.
Pas surprenant que les trois sites de téléchargement aient dépassé leur limite de bande passante.

Je tente toujours de rattraper mon retard dans le courrier génial que j'ai reçu de gens géniaux. Je vous prie d'accepter mes excuses. Je fais de mon mieux pour vous répondre au plus vite. 182 messages dans la file, et je compte toujours.

Ceci n'est pas directement lié à la bannière, mais je crois sincèrement que vous devez le voir.

Après la télé, j'ai appris que le dissident frogman, continuant son avancée dans les média traditionnels, a été mentionné sur des stations de radio. Plusieurs lecteurs m'ont écrit qu'ils avaient trouvé la dacha du dissident en écoutant Neil Boortz (Radio WSB à Atlanta, sauf erreur). Merci M. Boortz !
A propos, j'adore sa phrase d'accroche :

ATTENTION
Ne croyez rien de ce que vous entendez dans mon émission ou de ce que vous lisez sur l'Internet à moins que cela ne corresponde avec ce que vous savez déjà être vrai - ou n'ayez pris le temps de le comparer avec d'autres sources. Cela s'appelle " faire ses devoirs ".
Ici, dans ce puit de désinformation et de propagande gauchiste éhontée qu'on nomme " la presse " pour faire plus court, une telle affirmation sensée et honnête semble venir d'une autre planète.

D'ailleurs je crois bien que c'est le cas.

Le dissident frogman et sa bannière ont également été recommandés dans la mailing list de Mme. Goldwater, rédacteur contribuant au Tom Marr Show sur WCBM à Baltimore.
J'adhère, de plus, sans aucune réserve à sa tagline: "Erets Yisrael Le'Am Yisrael" (La Terre d'Israël appartient au Peuple d'Israël).

Autrement, j'ai reçu un email très amical et élogieux de Bryan Suits me disant qu'il a " pas mal parlé " du dissident frogman dans son émission, sur 570KVI depuis Seattle, et qu'il envoie le lien à " tout le monde possible ".

J'ai noté fièrement que Bryan est "Second Lieutenant dans l'Armée", un "conservateur indépendant" et qu'il a "servi durant Tempête du Désert, en Bosnie et au Kosovo".
J'ai reçu quelques mails de gens qui, comme Bryan, se dressent au sacrifice de leur vie entre nous et les totalitaires et je puis vous assurer que chacun de ces messages est un honneur que je ne mérite certainement pas mais que j'accepte avec une grande fierté.

Je précise également que les conditions drastiques qui sont requises pour interviewer le dissident frogman ne s'appliquent qu'à la presse française/européenne/US/stupidiste.
Même si je suis prêt à accepter tout otage féminin et de préférence lascif que vous puissiez me fournir.

Ainsi que le pognon mais cela va sans dire.

Enfin, je suis heureux d'annoncer que la bannière elle-même est en train de tailler la route à travers Forteresse Europa.
Selon la tradition, l'invasion a commencé en Italie grâce à Marco Giaiotto qui m'a fait parvenir la traduction en italien du texte du clip et en a reçu la version adaptée.
Marco souhaite " être en mesure de mieux exprimer son point de vue aux Italiens " et je suis particulièrement content que nous ayons pu mettre ça en Ŝuvre ensemble.
En conséquence, si vous pouvez lire l'italien, je vous invite à montrer votre support à Marco Giaitto en visitant son site.

Cela dit, je devrai peut être penser à produire une version française et voir si je ne peux pas ouvrir un nouveau front.

La Normandie me semble toute indiquée, selon la tradition.
Oh non, c'est injuste
La mauvaise nouvelle du week end est que Rachel Lucas fait une pause et va cesser d'écrire pendant quelque temps.

Maintenant la vie est vraiment une chienne.
Top Page 1 / 7 pages  1 2 3 >  Last »
You << February 2003 >> Categories

Today October 21, 2014

You're either not logged in, or not registered as a member.

Or you're just a Smelly Socialist.

So which one is it?

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28