Bad Juju! You no logged in or no introduced to the frogman. Log-in or register. Or suffer mucho hoo-doos.
Agence France Press does not know the basics of ballistic

«« April 2003 • Archive: May 2003 • June 2003 »»

30th

05/2003


Merde in France recently pointed at a strange inflation of semantics here in France, when Guantanamo Bay was called a "new death camp".

This kind of linguistic fraud had been so trite since the first Bush=Hitler sign, that I didn't even bother to follow the link provided by Merde in France, considering that I don't have time to lose with people who believe they can call anything by any name as far as it helps building a catchy sentence.
Therefore, I don't really know the context and the reasons why a terminology related to the specificity of the Shoah was so irrationally used, and to be honest, I don't care to know.

That said, judging by the title of Merde in France's English post ("Revisionism Inc.") I just hope it wasn't with the intent of denying the peculiarity of the Holocaust, a French specialty if there was any.

Words do have a specific meaning and -- oddly enough but that's how it is -- most words aren't suited for just about anything, unless you're some kind of boring subsidized post-modernist French poet.

Articulate language is so cool.

Anyway, having still in mind this Merde in France post about the Creepy Gizmo from Neo-Nazi American Hell, I noticed with a good-natured smile (and thanks to the Opinion Journal of the Wall Street Journal) an interesting fact about Guantanamo's... Err, "fellow guests", and the new pair of jeans that the American tax payer had to offer to 19 former prisoners who are returning to Afghanistan with a brand new Koran and an average extra weight of 13 pounds they gained over 14 months of detention (yeah, hence the new pair of jeans).

Almost one pound per each month.

My good-natured smile was therefore caused by the following thought: if Guantanamo Bay is a "new death camp" then America is not only the first country in history making and winning a war with almost no killings and almost no destructions (in half the time that's needed to fulfill half of the administrative requirements to hire an employee in France), but she's also running a "death camp" from which the "deported" come out, not only alive but also better fed than when they entered.

And with a brand new pair of jeans.
Merde in France a pointé dernièrement une étrange inflation de sémantique ici en France, quand Guantanamo Bay s'est vu qualifié de "nouveau camp de la mort".

Ce genre de fraude linguistique est devenu tellement rebattue depuis la première pancarte Bush=Hitler, que je n'ai même pas pris la peine de suivre le lien fourni par Merde in France, considérant que je n'ai pas de temps à perdre avec les individus qui s'imaginent pouvoir appeler n'importe quoi par n'importe quel nom pour autant que cela leur permette de pondre des phrases à sensation.
En conséquence, je ne connais pas le contexte et les raisons pour lesquelles une terminologie relative à la spécificité de la Shoah a été utilisée de manière si irrationnelle, et pour être honnête, je me contrefous de le savoir.

Simplement, si j'en juge par le titre du post anglais de Merde in France ("Revisionism Inc.") j'ose espérer qu'il ne s'agit pas là d'une intention de dénier la particularité de l'Holocauste, spécialité française s'il en est.

Les mots ont un sens bien spécifique et - curieusement peut-être mais c'est ainsi - la plupart d'entre eux ne sont pas adaptés à n'importe quel usage, à moins d'être un genre de poète post moderniste français subventionné bien chiant.

Le langage articulé c'est tellement chouette.

Quoi qu'il en soit, ayant toujours à l'esprit le post de Merde in France à propos de l'Effrayant Gizmo de l'Enfer Neo-Nazi d'Amérique, je n'ai pu m'empêcher de relever avec un sourire bonhomme (et grâce à l'Opinion Journal du Wall Street Journal) un fait intéressant concernant les... "convives" de Guantanamo, et la nouvelle paire de jeans que le contribuable américain vient d'avoir à offrir à 19 prisonniers qui retournent en Afghanistan avec un beau Coran tout neuf et un surpoids de 13 livres (environ 5 kg, sauf erreur de ma part) qu'ils ont pris en 14 mois de détention (ouais, d'où la nouvelle paire de jeans).

Presque une livre par mois.

Mon sourire bonhomme est donc causé par la pensée suivante : si Guantanamo Bay est un "nouveau camp de la mort", alors l'Amérique n'est pas seulement le premier pays dans l'histoire à gagner des guerres en ne faisant pratiquement pas de morts ni de destructions (dans la moitié du temps requis pour remplir la moitié des conditions administratives nécessaires à l'embauche d'un salarié en France), elle gère aussi un "camp de la mort" duquel les "déportés" sortent non seulement vivant mais aussi mieux nourris que lorsqu'ils y sont entrés.

Et avec des jeans tout neufs.

While the worldwide Forces of Inertia, the apostles of global misery under the cloak of social justice, the chanters of collectivized and planified poverty, mingled with incapable idealists and good-for-nothing-ready-for-anything young ideological oldsters, just assembled for a counter-summit in the French mountains under the antiglobalization banner, where, in the refrains of their ritual counteroffensive, these counter-manifestants to the G8 summit, with no rational counterarguments will once again pile up untruth and sheer nonsense in front of the smug devotion of the mainstream media, blissfully admiring, inflated with ignorance and stuffed with bias (Expect a Feast of vulgate at the Limivorous Libération and at Radio-France) it's worth reminding that the young and talented Johan Norberg's magisterial work "In defense of global Capitalism" was recently translated to French as "Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste" (Soon on the European market or sold by IEDM).¹
To learn, with demonstrations and evidences, how those who use the Third World today are as hypocritical and ill intended as their spiritual fathers who used the proletariat yesterday to the same ends and to understand that what maintains the poorest in misery is not globalization and capitalism, but on the contrary, the very lack of it.

Precisely what the antiglobos want to preserve at all cost, by the way of nightsticks and iron bars, whenever needed.

¹I can make sentences much longer than this one, anytime. Wanna bet?
Alors que les Forces mondiales de l'Inertie, les apôtres de la misère globale sous le manteau de la justice sociale, les chantres de la pauvreté planifiée et collectivisée, mélés d'incapables idéalistes et de jeunes vieillards idéologiques bons-à-rien mais prêts-à-tout viennent de se rassembler pour un contre-sommet dans la montagne française sous la bannière de l' antimondialisation, où, dans les ritournelles de leur contre-offensive rituelle, ces contre-manifestants du G8 sans contre-projets rationnels vont une fois de plus accumuler les contrevérités et les contresens devant les media de masse complaisants, béats d'admiration, enflés d'ignorance et gorgés de partis-pris (Ca va être la Fête de la vulgate au Limivore Libération et chez Radio-France) il est bon de rappeler que le magistral ouvrage du jeune et talentueux Johan Norberg "In defense of global Capitalism" vient très récemment d'être traduit en Français sous le titre "Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste" (Bientôt sur le marché européen ou en vente par l'IEDM).¹
Pour apprendre, démonstration et preuve à l'appui, combien ceux qui utilisent le Tiers-Monde aujourd'hui sont aussi hypocrites et mal intentionnés que leurs pères spirituels qui utilisaient le prolétariat hier aux mêmes fins et comprendre que ce qui maintient les plus pauvres dans la misère, ce n'est pas la mondialisation et le capitalisme mais bien au contraire, leur absence.

Précisément ce que les antimondialistes veulent préserver à tout prix, si besoin à la force des matraques et des barres de fer.

¹Je peux faire des phrases plus longues que ça les doigts dans le nez. 'voulez parier ?

28th

05/2003


Celebrate Capitalism, worldwide by taking a walk next Sunday.

In Paris, it will start at 14h00, Place de la Bourse. More information here, notice that the Paris rally is organized by the ADEL (European libertarians).

No iniquitous trade-unionists here and no anti-globalization thugs hardly hiding their fascist and (inter)national-socialist plans behind social justice pretence.

Just a bunch of humanists celebrating freedom, prosperity and creativity, the unique value of each human being through the reconnaissance of individuality and the system that proved to be the best for these values to bloom and develop: Capitalism.

And also a good occasion to remember that the aforementioned collectivist thugs efforts, associated with their statist accomplices, produced nothing else but genocide, starvation, inequity, slavery and misery, every darn time.

Inevitably and systematically.

And that's History and Facts, Coco.
Célébrez le capitalisme dans le monde en prenant part à la marche de dimanche prochain.

A Paris, ça démarre à 14h00, Place de la Bourse. Plus d'information ici, notez que l'évènement parisien est organisé par l'Association des Libertariens (ADEL).

Pas de syndicalistes iniques ici, et pas de casseurs anti-mondialisation qui masquent leurs visées fascistes et (inter)nationale-socialistes derrière une justice sociale de façade.

Juste un groupe d'humanistes qui fêtent la liberté, la prospérité, la créativité, la valeur unique de chaque être humain par la reconnaissance de son individualité et le système qui a prouvé être le plus propice à l'éclosion et au développement de ces valeurs : le capitalisme.

C'est aussi une bonne occasion de se souvenir que les efforts des casseurs collectivistes susnommés, associés à leurs comparses étatistes, n'ont produit rien d'autre que génocide, famine, injustice, esclavage et misère, sans aucune exception.

Immanquablement et systématiquement.

Et c'est de l'Histoire et des Faits, Coco.

26th

05/2003



On the left, the banner reads:
“Montreuil opposes the territory flyover by anglo-american military planes”

On the right:
“Montreuil says NO to Bush’s war for oil”

As usual, this is a literal translation, as close as possible to the French.

I should stress that this is an official building of the French Republic, that this banner was created with public money and exposed by the town council, a French civilian authority.
It goes far beyond individuals or political groups expressing their opinion, not matter how sick and wrong it can be.

Keep that in mind for the next hypocritical French that will start whining about ‘anti-French’ stances within the American people and media…


Yeah, F the head, as eagerly proclaimed by Critical Bill in "Things to do in Denver when you're dead" that, no matter the "it's just another Tarantino wannabe" choir, I pretty much enjoyed.
And no, I don't think it's "just another gangster movie" as well. Far from it.

Back to the Roses:
Oliver Rose: So I'm not going to die?
Medic: Eventually, but not today.
The 48 hours deadline (ha ha very funny) is over. As in 1961, let the word go forth from this time and place to friends and foe alike, that I'm not dead, that I'm getting better and that the only reason why I'm not out for a walk is that my bottom is still a bit stiff.

But my head is fine, thank you.

The trumpet summoned me again, in the form of a reader, who, in a praiseworthy intent to raise my blood pressure, sent me the picture below that demonstrates the obdurate effort of the Paris suburbs' local emanation of the French Republic (i.e. the mayor's office) to give new meanings, not only to official anti-Americanism but also to the idea that democracy is nothing but the oppression by the most numerous - unless the instigators of this placard achieved the Saddamite score of a 100% majority at the poll.

My reader explains:
In Montreuil-sous-Bois, which borders the north-east side of Paris, the town hall finally took down this large banner on Thursday.
Removed last Thursday only. I can imagine that this pale echo of the al-Rashid Hotel's mosaic was the source of so many repeated orgasms among the Montreuil-sous-Bois councilmen and women that removing it must have been a real heartbreak.

Anyway, this propagandist use of public finances is absolutely cloying, but then again, what can you expect from a Socialist-Communist-Green town council, directed by a Communist mayor who volunteered for an extended military draft - adequately called collaboration "cooperation" - in Prague 1969-1971?

How can one be in Prague between 1969 and 1971 (and be proud of it) and still want to have anything to do with Communism? Hello Montreuil? Do the names Jan Palach, Jan Zajic, Miroslav Malinka or Evzen Plocek mean anything to you?

Was Comrade Mayor too busy learning "Communist coup d'etat for dummies" with the Komintern and the Spetsnaz, as many of his fellow executives of the French Communist party did up to the 1970's, to notice desperate students burning themselves to death to protest the Soviet occupation, the riots that followed and their repression?

Or was it the capstone of Comrade Mayor's Komintern course?

From theory to practice comrade?

Back to the present, to Comrade Mayor's banner and my regret that, unlike the Al-Rashid doormat it wasn't removed by a team of Marines.

But hey, you never know. One day maybe.

Hopefully.
Ouais, j'enc* la tête, ainsi que le proclame avec enthousiasme Critical Bill dans "Dernières heures à Denver" que, quoi qu'en dise le choeur du "c'est rien qu'un clone de Tarantino", j'ai plutôt bien aimé.
Et non, je ne crois pas non plus que ce ne soit "qu'un film de gangsters de plus". Loin de là.

Retour aux Roses:
Oliver Rose: Je ne vais donc pas mourir ?
Le Médecin: A long terme oui, mais pas aujourd'hui.
L'ultimatum (ha ha très drôle) de 48 heures est écoulé. Comme en 1961, qu'il soit dit depuis cet endroit et ce moment, à nos amis comme à nos ennemis que je ne suis pas mort, que je vais mieux et que si je ne suis pas dehors à me promener c'est uniquement parce que j'ai toujours l'arrière-train un peu raide.

Mais la tête va bien, merci.

La trompette m'a mandé à nouveau, sous la forme d'un lecteur, qui, dans la louable intention d'augmenter ma pression artérielle, m'a fait parvenir l'image ci-dessous qui démontre l'effort obstiné d'une émanation locale de la République Française en banlieue parisienne (c.a.d. la Mairie) de donner un nouveau sens, non seulement à l'antiaméricanisme officiel mais aussi à l'idée que la démocratie n'est jamais que l'oppression du plus grand nombre - sauf si les instigateurs de cette enseigne ont atteint le score Saddamite de majorité à 100% aux élections.

Mon lecteur explique:
A Montreuil-sous-Bois, qui longe le côté nord-est de Paris, la municipalité a finalement enlevé cette grande bannière jeudi dernier.
Enlevée jeudi dernier. Je puis imaginer que ce pâle écho de la mosaïque de l'hôtel al-Rashid ait été la source de tant d'orgasmes à répétition parmi les conseillers et conseillères de Montreuil-sous-Bois que la décision de l'enlever ne soit devenue un réel crève-coeur.

Quoi qu'il en soit, cet usage propagandiste des finances publiques est absolument écoeurant, mais une fois de plus, que pouvez vous espérer d'un conseil municipal majoritairement socialiste/communiste/verts, présidé par un maire communiste qui fut volontaire pour un service militaire long - que l'on nommait de manière fort adéquate collaboration "coopération" - à Prague en 1969-1971 ?

Comment peut on se trouver à Prague entre 1969 et 1971 (et s'en vanter) et vouloir toujours avoir quoi que ce soit à faire avec le communisme ? Hello Montreuil ? Les noms de Jan Palach, Jan Zajic, Miroslav Malinka ou Evzen Plocek, vous évoquent-ils quelque chose ?

Le Camarade Maire était-il trop occupé à apprendre son "Coup d'Etat communiste en 10 leçons" avec le Komintern et les Spetsnaz, à l'instar de ses nombreux collègues cadres du Parti Communiste Français jusque dans les années 70, pour simplement remarquer les étudiants désespérés s'immolant par le feu en protestation de l'occupation soviétique, les émeutes qui ont suivi et leur répression ?

Ou cela était-il le séminaire de fin d'étude du Stage Komintern du Camarade Maire ?

De la théorie à la pratique camarade ?

Retour au présent, à la bannière du Camarade Maire et à mon regret que, contrairement au paillasson de l'hôtel al-Rashid, elle n'ait pas été enlevée par une patrouille de Marines.

Mais bon, on ne sait jamais. Un jour peut-être.

Avec un peu de chance.

24th

05/2003


I love movies, even though some actors are unbelievably out of sync with the real world, sometimes.

No names, you know who I mean.

War of the Roses, a witty Danny de Vito movie with Michael Douglas and Kathleen Turner:
My love. By the time you read this, I may be gone. Err... Blah, blah, blah, blah blah. Ah: All I am and all I have, I owe to you.
I fell in a stairway earlier today and seriously hit the two parts of my anatomy I use the most.

My butt and my head.

What are you laughing at, Mr./Mrs. smarty-pants-jump-to-conclusions?

When at my desk, I sit on my ass and work with my head. Get the point?

And no, I don't see how it could be done the other way round.

Anyway.

Considering the (sketchily nauseous) indisposition I experienced right after the fall (How can the blood leave your face and lips so fast? And where does it go?) the generalist I consulted think I should keep quiet, stay warm and look for signs of (uncommon) queasiness, (atypical) sleepiness and (unusual) headaches in the next 48 hours.

I asked: « Dammit Doc, to feel the difference, I'll have to stop monitoring the French media right? »

She answered: « Obviously you're not going to die right now in my office. Stop being a smart ass, this blood pressure at 10 is a source of concern. Maybe it's just the aftershock, but be watchful and don't stay alone for the next two days, in case you just blackout. »

I asked her if she had any project for the week-end and she answered that she was about to overhaul her diagnosis and send me right away to the emergency room and I said oh wait I'm not dead, I'm getting better, I think I'll go for a walk.

I love movies.

I still feel a kind of dizzy uneasiness, but I guess all I have to do now is waiting.

And stop monitoring the French media.

48 Hours. It's a bit scary though.

Think about it: maybe you're reading the ultimate words of a dead man?

An excellent Jim Jarmusch movie, with an outstanding Johnny Depp and Robert Mitchum in his last role, by the way.
J'adore le cinéma, même si certains acteurs sont parfois incroyablement déphasés avec le monde réel.

Pas de noms, vous savez de qui je parle.

La Guerre des Roses, un film spirituel de Danny de Vito avec Michael Douglas et Kathleen Turner:
Mon amour. Lorsque tu liras ceci, je ne serais peut-être plus. Heu... Bla, bla, bla, bla bla. Ah: Tout ce que je suis et tout ce que j'ai, je te le dois.
J'ai fais une chute dans un escalier, un peu plus tôt dans la journée, et j'ai sérieusement cogné les deux parties de mon anatomie que j'utilise le plus.

Mon cul et ma tête.

Qu'est ce qui vous fait rire, M./Mme. super-malin-allons-direct-aux-conclusions ?

Quand je suis à mon bureau, je suis assis sur mon cul et je travaille avec ma tête. Compris ?

Et non, je ne vois pas comment cela pourrait être à l'inverse.

Bref.

Considérant le malaise (quelque peu nauséeux) dont j'ai fait l'expérience juste après la chute (Comment le sang peut il quitter votre visage et vos lèvres aussi vite ? Et où va-t-il d'ailleurs ?) le généraliste que j'ai consulté pense que je dois rester calme, au chaud et à l'affût de signes de nausée (inhabituelle), de somnolence (fortuite) et de maux de tête (inaccoutumés) dans les prochaines 48 heures.

J'ai demandé : « Bigre Doc, pour faire la différence, il va falloir que je cesse d'observer les media français, pas vrai ? »

Elle a répondu : « Manifestement tu ne vas pas mourir tout de suite dans mon bureau. Cesse de faire le malin, cette pression artérielle à 10 est préoccupante. Peut être que ce n'est que le contrecoup mais sois vigilant et ne reste pas seul pendant les deux prochains jours, en cas d'évanouissement. »

Je lui ai alors demandé quels étaient ses projets pour le week-end et elle m'a répondu qu'elle pensait réviser son diagnostic et m'envoyer aux urgences dans l'instant alors j'ai dit oh attend voir je ne suis pas mort, je vais mieux, je pense que je vais aller faire une promenade.

J'adore le cinéma.

J'éprouve toujours un genre de malaise un poil vertigineux, mais j'imagine que tout ce que j'ai à faire maintenant c'est attendre.

Et cesser d'observer les media français.

48 heures. C'est un peu effrayant malgré tout.

Pensez-y : peut-être lisez vous les ultimes mots d'un homme mort ?

Un excellent film de Jim Jarmusch, avec un magistral Johnny Depp et Robert Mitchum dans son dernier rôle, au fait.
Top Page 1 / 5 pages  1 2 3 >  Last »
You << May 2003 >> Categories

Today April 21, 2014

You're either not logged in, or not registered as a member.

Or you're just a Smelly Socialist.

So which one is it?

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31