Bad Juju! You no logged in or no introduced to the frogman. Log-in or register. Or suffer mucho hoo-doos.
Agence France Press does not know the basics of ballistic

«« August 2006 • Archive: September 2006 • October 2006 »»

29th

09/2006


911sonnets_banner.jpg

Since you're probably into reading material of all sorts (considering that I don't publish much tits and ass here, you ought to come around for something else) maybe you'll be interested to learn that some of my stuff made its way to the real, tangible world of bricks, mortar and dead trees lately.

First, a few months ago, one of my 2003 photos of the Millenium Bridge in London made it as a cover illustration of the German edition of Bridging Science and religion, translated from the American by Tina Bruns, and published by Vandenhoeck & Ruprecht.

brucken_cover.jpg

No, I have no idea what the book is about. No more than I know what "Umschlagabbildung" means on the credits page, right where it reads "Umschlagabbildung Millenium Bridge, London © www.thedissidentfrogman.com/london".

But that's a heck of a long word. Small wonder then that the Germans are so big on the whole ecologism thing. I mean, when you look at their written language, these guys probably wipe out half of the rainforest every time they write their Christmas letter to Granny, so I guess they join Greenpeace en masse out of guilt.

Still, Tina Bruns was very nice (Hello Tina) and I'm quite happy with how they used my photo anyway.

Next, and this is quite fresh, I was commissioned by these guys to create a photomontage to be used on the cover of Eugene Schlanger's - AKA the Wall Street Poet - September 11 Wall Street Sonnets and Other New York City Poems, published by Editions Underbahn. The said photomontage being that Statue of Liberty holding the World Trade Center on her torch, in lieu of the eponymous flame.

911_sonnets.jpg

I hear that Eugene Schlanger, when he saw it, said that this idea was "a stroke of genius" - and coming from such a master in articulating emotions, I believe this is one of the most valued compliments I've ever received.

I'm really honored and excited for that (undoubtedly minor) contribution I've made to his book. First and foremost, because it's about New York and September 11, and about paying homage in a sort of classical Greek way - therefore totally Western - to those we lost on that day of the war.

Moreover, it's a bilingual edition - which gives me another reason to enjoy it, considering my own interest for this publication mode on this very blog. Knowing how tricky it can be to translate my own writing either from French to English or English to French while keeping both sides readable, I have nothing but praises for Sabrina Kherbiche who masterfully translated Eugene Schlanger's sonnets to French.

You can order the book on the editor's site. For the ridiculous sum of US$22.00 (including shipping), you'll get the Wall Street Poet's oeuvre, plus a genuine print of the dissident frogman. It's a deal, it's a steal... No, I was dully paid for my work, and I'm not getting any percentage on the sales. Glad you asked.

Finally, another of my graphics will go on print somewhere around the University of Texas, but I can't tell you more about this at the moment since the book has not been published yet, and I have high standards when it comes to the non-disclosure policy that's part of my work ethics.

Pompous, but true.

And if you're into French reading material, Editions Underbahn has quite a few other things that might be of interest to you. Starting with Erik Svane's book on French anti-Americanism. Otherwise, if you're not into French reading material, there's a bunch of computer wallpapers to grab... Plus a soon to be released Vietnamese version of Orwell's 1984 (Now that's what I'd call a kickass concept)

Sorry, can't tell you much about Vandenhoeck & Ruprecht's catalogue. I'm just beginning to get the hang on German. Umschlagabbildung. Umschlagabbildung.

Comme vous êtes probablement dans la lecture en tout genre (considérant que je ne publie que rarement de la fesse et du téton, vous devez forcément venir ici pour quelque chose d'autre) vous serez peut être intéressés d'apprendre que certaines de mes productions ont franchi la frontière avec le monde réel ces derniers temps.

Tout d'abord, il y a quelques mois, l'une de mes photos du Millenium Bridge de Londres en 2003 a servi d'illustration de couverture pour l'édition allemande de Bridging Science and religion, traduit de l'américain par Tina Bruns, et publié par Vandenhoeck & Ruprecht.

brucken_cover.jpg

Non, je n'ai aucune idée du sujet du livre. Pas plus que de la signification du mot "Umschlagabbildung" sur la page des références, là où ça dit "Umschlagabbildung Millenium Bridge, London © www.thedissidentfrogman.com/london".

Mais c'est un sacré long mot. Pas étonnant que les allemands soient tellement dans tout ce truc de l'écologisme. Quand on voit leur langue écrite, on se rend compte que ces types annihilent probablement la moitié d'une forêt pluviale subtropicale chaque fois qu'ils écrivent une carte de voeux à leur grand-mère, alors j'imagine qu'ils s'embrigadent en masse dans Greenpeace sous le coup de la culpabilité.

Quoiqu'il en soit, Tina Bruns est très sympa (Salut Tina) et je suis plutôt satisfait de la façon dont ils ont utilisé ma photo.

Ensuite, et c'est tout récent, ces gars là m'ont passé commande d'un photomontage pour la couverture de Wall Street Sonnets du 11 septembre et autres poèmes new-yorkais, par Eugene Schlanger - alias the Wall Street Poet - publié par Editions Underbahn. Le photomontage en question étant cette Statue de la Liberté qui porte le World Trade Center sur sa torche, en lieu et place de la flamme éponyme.

911_sonnets.jpg

J'ai appris que Eugene Schlanger, lorsqu'il a vu l'image, a qualifié l'idée de "trait de génie" ce qui, venant d'un tel maître dans l'articulation des émotions, demeurera certainement l'un des plus précieux compliments qu'il m'ait été donné de recevoir.

Je suis réellement très enthousiaste et honoré de ma contribution (très modeste, c'est entendu) à son livre. D'abord et surtout parce que cela concerne New York et le 11 Septembre, et parce que c'est un hommage rendu à ceux que nous avons perdus en ce jour de guerre, d'une manière évocatrice de la Grèce classique - et en conséquence, typiquement occidentale.

C'est de plus une édition bilingue - ce qui me donne une raison supplémentaire de l'apprécier, considérant mon propre intérêt pour ce mode de publication sur ce blog. Sachant combien il peut être ardu de traduire mes propres écrits du français à l'anglais ou de l'anglais au français tout en gardant les deux côtés lisibles, je ne peux que louer le travail magistral de Sabrina Kherbiche qui a traduit les sonnets d'Eugene Schlanger en français.

Vous pouvez commander le livre sur le site de l'éditeur. Pour la ridicule somme de €14,00 (frais de port inclus), vous recevrez l'oeuvre du Wall Street Poet et une impression originale du dissident frogman. C'est de la balle et... Non, j'ai été dûment payé pour mon travail et je ne touche pas de pourcentage sur les ventes. Merci de demander.

Finalement, un autre de mes cyber-crobars va aller sous presses du côté de l'Université du Texas, mais je ne puis vous en dire plus pour l'instant sachant que ce livre là n'a pas encore été publié et que j'ai des standards élevés lorsqu'il s'agit de la politique de confidentialité qui constitue partie de mon éthique de travail.

Pompeux, mais véridique.

Et si vous faites dans la lecture en français, les Editions Underbahn ont deux ou trois trucs qui peuvent vous attirer. Notamment le livre d'Erik Svane sur l'antiaméricanisme français. Autrement, si vous ne faites pas dans la lecture française, il y a toujours quelques fonds d'écrans à ramasser... Et une version vietnamienne du 1984 d'Orwell à sortir prochainement (Alors là, c'est le concept qui tue)

Désolé, je ne peux pas vraiment parler du catalogue de Vandenhoeck & Ruprecht. Je débute seulement dans l'allemand. Umschlagabbildung. Umschlagabbildung.


It's that time of the year again.


So the big bad dissident frogman hides behind a tree with a stick (well, technically a 8x57 JRS caliber firearm) and he waits for Fifer, Fiddler or Practical to come in range.


piggyhunting01.jpg


And he huffs, and he puffs, and more than everything he waits, and he waits and he waits...



... And then some other guy shoots piggy.



So we take piggy's pajamas off...



And we take piggy's inside out...



And we take piggy's head off. And we put it on the table, with piggy's heart in a bowl (plus his liver and his lungs), so we'll make le succulent fromage de tête (head cheese) with the inside of piggy's head (1).



And we... Oh! Where's piggy? He seems to have turned into those two big chunks of meat! (2)


Oh well... Next week, if we're lucky, maybe we'll get to do Bambi.


(1) Which proves, again, the superiority of the Pig over the Socialist and the Islamofascist, as nothing good can ever come out of these people's heads.


(2) That was the dissident frogman's personality test. There's only two kinds of people in the world: those who look at these photos and think "Eww, gross!" and those who think "Umm, yummy!". The latter will always be welcome to get personal or drunk with me. Depending on their respective gender, of course.


Pork, sex and alcohol: happy Ramadan to my fellow kafirs.

C'est le retour de la saison.


Alors le grand méchant dissident frogman se cache derrière un arbre avec un bâton (en fait, techniquement parlant, une arme à feu de calibre 8x57 JRS) et il attend que Naf-Naf, Nif-Nif ou Nouf-Nouf passent à sa portée.


piggyhunting01.jpg

Et il souffle, et il souffle encore, mais surtout il attend, et il attend et il attend encore...



... Et c'est un autre gars qui flingue cochonnet.



Alors on enlève le pyjama de cochonnet...



Et on enlève le dedans de cochonnet...



Et on enlève la tête de cochonnet. Et on la mets sur la table, avec le coeur de cochonnet dans un bol (plus son foie et ses poumons), et on fera le succulent fromage de tête avec le dedans de la tête de cochonnet (1).



Et on.... Oh mais attend ! Où est cochonnet? Il semble qu'il se soit transformé en deux gros morceaux de barbaque ! (2)


Tant pis... La semaine prochaine, si on est vernis, peut-être qu'on se fera Bambi.


(1) Ce qui démontre, une fois de plus, la supériorité du Cochon sur le Socialiste et l'Islamofasciste, car rien de bon ne peut sortir de la tête de ces gens là.


(2) C'était le test de personalité du dissident frogman. Le monde se divise en deux : ceux qui voient ces photos et vomissent, et ceux qui salivent. Ces derniers seront toujours bienvenus pour des échanges d'alcool ou de fluides corporels avec moi. En fonction de leur sexe respectif, bien entendu.


De la cochonnaille, des parties de jambon et de la gnôle : joyeux Ramadan à mes camarades kafirs.


Okay, just to cut short on any potential quid pro quos:

When I wrote, in an earlier note, that the boys in the Foreign Legion were "good", this is not what I had in mind.

Goodness gracious. Somebody please tell me this is all part of a cunning psy-ops grand scheme to demoralize the jihadis by triggering their (Koranic-approved) homophobia.

Besides, I remember clearly that when I was serving - not in the Legion though - we could only roll up our sleeves (neatly) just over our elbows, and only in summer. And that was it.

Oh, and no balls-molding camo shorts either. Eww...

Ok, juste pour couper court à tous quiproquos potentiels :

Lorsque j'ai écrit, dans une précédente note, que les gars de la Légion Etrangère étaient "bons", ce n'est pas ce que j'avais à l'esprit.

Bonté divine. Que quelqu'un me dise qu'il ne s'agit là que d'un plan habile d'opé psychologique pour démoraliser les jihadis en visant leur homophobie (approuvée par le Coran).

D'ailleurs, je me souviens trés clairement que lorsque j'étais en service - pas dans la Légion, cela dit - nous ne pouvions relever nos manches (proprement) uniquement au-dessus du coude, et seulement en été. Et rien d'autre.

Oh, et pas de short camo moule-burnes non plus. Beurk.

10th

09/2006


remember_lizette_mendoza.jpg

I never knew Lizette Mendoza. Yet I know you and I will never forget the day she died.

Until a few weeks ago, I wasn't even familiar with her name - and I only learned about her when, at the end of the signup process at D.C. Roe's "2,996", the system randomly pulled Lizette's name out of the list of 9/11 victims:

Lizette Mendoza, age 33.

Place killed: World Trade Center. Resident of North Bergen, N.J. (USA).
Lizette Mendoza will be honored by the dissident frogman at the blog the dissident frogman: time to take sides. This was the 1209th blogger to sign up for the 2,996 Tribute project.


Lizette's age struck me. I remember thinking that, at 33 in 2001, she was just a few months - a year at most - younger than me. Thus I could already relate more closely to her in the way we relate to people of our own respective generations: simply because we witness the same chunk of the world's history at the same age, and therefore, with a similar understanding, references and common memories.

I then started to search more information on Lizette, although I must confess, quite reluctantly. Don't get me wrong: I regard D.C. Roes' initiative as nothing short of admirable, and I was - and remain - very keen on learning more about Lizette Mendoza.

Yet the context of her disappearance, and the nature of her personality in that context, put me in a rather uncomfortable situation, between my desire to picture a faithful image of Lizette's life and the nearly sacred value in which I hold people's right to privacy - starting with the deceased, and their family - in an age where we tend to expect everything about everybody to show up in Google.
Lizette Mendoza wasn't a public personality - who, almost by definition, concede part of their privacy to the public - and her name shows in search engines for a single, grim and dramatic reason.
Therefore, as I was looking for information on her life (rather fruitlessly as we shall see) I was growing all the more convinced that relating - or keeping - facts and anecdotes to honor her memory should be the sole privilege and choice of her family and friends, and not that of a complete stranger on his website, no matter how well-intentioned I might be.

There is on the Internet - and fortunately in a sense - not much personal information to be found on Lizette Mendoza. Here and there, people who knew her shared small snippets of their relationship. According to Lucy Gomez, who signed Lizette Mendoza's profile at september11victims.com, she:

(…) went to Norman Thomas High School [and] graduated in 1985.


Fred Wittenberg knew Lizette through their business dealings, and he misses her optimism and laughter.
Elaine in New York was in the same classes with Lizette and couldn't understand why something kept drawing her to their yearbook until she found that Lizette had signed it, wishing her "Good luck in the future".
Jose Camacho, Lizette's younger cousin, remembers that

Her smile was so warm and caring that you felt completely at ease in her presence.


…And also how she was "filled with joy and pride" when he told her about his plans after college at a Christmas party.
Niurka Mendoza will "never forget the fun time" they shared together, while Sharmilla Sinanan, who worked with Lizette in 1996 remembers that she was a

(…) passionate, energetic woman and a devoted mother to her children.


Indeed, and as confirmed by her friend Alexandra Murillo, Lizette Mendoza was the young mother of two boys -- and there is nothing here that can begin to express the devastating burden laid on these kids' shoulders by her disappearance. To paraphrase an aphorism wrongly attributed to Plato, and no matter how cruel her loss is as an individual, at least Lizette has seen the end of the war.

But her children have to live through it, and without her.

Finally, Lizette worked at Aon Corporation, on the 105th floor of the WTC, where she met her end on September 11, 2001.

This is pretty much all one can learn about her online - without being too intrusive.

And I believe this is pretty much all we need to remember and honor her.

For if the web doesn't really tell me who Lizette Mendoza was as a person, it actually tells me a lot about who she is as a symbol: an industrious and independent woman, dedicated to her family and self-improvement, and laying her own plans in her pursuit of happiness, free of any arbitrary rule, either political, tribal or theocratic.

As such, Lizette Mendoza is part of the very fabric of the West -- and even more so of America's.

More than smug Hollywood celebrities or the inconsistent politicians we keep hearing and seeing in our own media, the wide majority of our civilization is made of people like Lizette Mendoza. This is what you will find at the roots of the unique nature of the West. And this is what makes any attack on them particularly heinous - even more than the fact that she was an innocent, unarmed and unprepared civilian.

In May 2003, a Marines unit returned a flag that had flown at the World Trade Center to the New York Port Authority. Among the Marines at the ceremony was Lizette's brother, Sgt. Charles Rodriguez who said:

"With time, slowly you heal, but you never forget"


Five years on, and with all due respect to Sgt. Rodriguez, I hope he is healing, yet still not forgetting.

Five years on, as we begin to witness what looks like a lack of resolve from the political leadership side, in Afghanistan, Iraq, Israel and Europe - and particularly in the face of renewed threats from Iran - I find myself frequently wondering if the Marines doubt sometimes.

I'd bet they do, sometimes, although maybe less frequently than the rest of us - and certainly less than those who claim to rule us - being the men of resolve they are. After all, while capable of superhuman feats, they remain humans.

Five years on, if they do indeed doubt why they fight, considering their losses in the initial attack on New York and Washington or in the battles that ensued in Afghanistan and Iraq, then there is only one thing I'd like to tell them:

If in doubt, remember Lizette Mendoza.

2996button.pngThere are many other people to remember, and many people remember them individually today: please read the tributes to the 9/11 victims, in addition to this one.
Je n'ai jamais connu Lizette Mendoza. Pourtant, je sais que vous et moi n'oublierons jamais le jour de sa mort.

Il y a quelques semaines, je n'étais pas même familier avec son nom - et n'en ai eu connaissance que lorsque, au terme du processus d'inscription sur le "2,996" de D.C. Roe, le système a sélectionné le nom de Lizette dans la liste des victimes du 11 Septembre, aléatoirement :

Lizette Mendoza, 33 ans.

Tuée au World Trade Center. Résidant à North Bergen, N.J. (USA).
Lizette Mendoza sera commémorée par the dissident frogman sur le blog the dissident frogman: time to take sides. C'est le 1209eme blogger à s'inscrire sur le projet Hommage aux 2,996.


J'ai été frappé par l'âge de Lizette. Je me souviens avoir pensé qu'à 33 ans en 2001, elle était plus jeune que moi de quelques mois - un an tout au plus. Ainsi, je pouvais déjà me sentir apparenté avec elle plus étroitement, de la manière selon laquelle nous nous identifions avec les individus de nos propres générations respectives : simplement parce que nous sommes témoins des mêmes fragments de l'histoire du monde au même âge, et en conséquence, avec une appréhension, des références et des souvenirs similaires.

J'ai alors commencé à chercher des informations sur Lizette quoique, je le confesse, avec une certaine réticence. Ne vous méprenez pas : je trouve l'initiative de D.C. Roe absolument admirable, et j'étais - et demeure - décidé à en apprendre plus sur Lizette Mendoza.

Cependant, le contexte de sa disparition, et la nature de sa personne dans ce contexte me plaçaient dans une situation inconfortable entre mon désir de rendre une image fidèle de la vie de Lizette, et la valeur quasi sacrée que j'accorde au respect de la vie privée - particulièrement pour les défunts et leurs familles - à un âge où nous avons tendance à vouloir trouver tout sur tout le monde dans les pages de Google.

Lizette Mendoza n'était pas une personnalité publique - elles qui, presque par définition concèdent une partie de leur intimité au public - et son nom n'apparait dans les moteurs de recherche que pour une seule, sombre et dramatique raison.
En conséquence, alors que je cherchais des informations sur sa vie (assez vainement, comme vous l'allez voir), je devenais graduellement plus convaincu que diffuser - ou conserver - faits et anecdotes pour honorer sa mémoire devait rester les seuls privilèges et choix de sa famille et de ses amis, et non ceux d'un parfait inconnu sur son site web, aussi bien intentionné que je puisse être.

On ne trouve sur Internet - fort heureusement, dans un sens - que peu d'information sur Lizette Mendoza. Ici et là, des gens qui la connaissaient partagent quelques bribes d'information sur leur relation. Selon Lucy Gomez, qui a signé le profil de Lizette Mendoza sur september11victims.com, elle :

(…) a suivi les cours de Norman Thomas High School [où] elle a obtenu son diplôme en 1985.


Fred Wittenberg connaissait Lizette de par leur relation professionnelle, et son optimisme et son rire lui manque.
Elaine in New York s'est trouvée dans les mêmes classes que Lizette et ne pouvait comprendre ce qui l'attirait sans cesse vers leur album d'école, jusqu'à ce qu'elle réalise que Lizette l'avait signé en lui souhaitant "Bonne chance pour l'avenir".

Jose Camacho, un cousin plus jeune de Lizette, se souvient que

Son sourire était si chaleureux et attentionné que l'on se sentait instantanément à l'aise en sa présence.


… Et aussi qu'elle était " emplie de joie et de fierté " quand il lui avait fait part de ses projets après ses études, lors d'une fête de Noël.
Niurka Mendoza " n'oubliera jamais les moments heureux " partagés avec elle, tandis que Sharmilla Sinanan, qui a travaillé avec Lizette en 1996, se souvient qu'elle était une

(…) femme passionnée, énergique et une mère dévouée pour ses enfants.


En effet, et ainsi que le confirme son amie Alexandra Murillo, Lizette Mendoza était la jeune mère de deux garçons - et rien ici ne permet de seulement exprimer le fardeau dévastateur imposé sur les épaules de ces deux gosses par sa disparition. Pour paraphraser un aphorisme incorrectement attribué à Platon, et aussi cruelle que puisse être sa perte en tant qu'individu, Lizette, au moins, a vu la fin de la guerre.

Ses enfants eux, devront y survivre, sans elle.

Enfin, Lizette travaillait pour Aon Corporation, au 105eme étage du WTC, où elle à trouvé la mort le 11 Septembre 2001.

C'est plus ou moins tout ce que l'on peut apprendre à son sujet en ligne - sans être trop intrusif.

Et je crois que c'est là tout ce dont nous avons besoin pour nous souvenir d'elle et honorer sa mémoire.

Car si le web ne me dit pas vraiment qui était Lizette Mendoza en tant que personne, il m'en dit en fait énormément sur qui elle est en tant que symbole : une femme active et indépendante, dédiée à sa famille et son volution personnelle et édifiant ses propres plans dans sa poursuite du bonheur, libre de tout arbitraire, qu'il soit politique, tribal ou théocratique.

De ce fait, Lizette Mendoza constitue la fibre même de l'Occident, et plus encore de l'Amérique.

Plus encore que les arrogantes célébrités hollywoodiennes ou les politiciens inconséquents que nous ne cessons d'entendre sur nos média, la très large majorité de notre civilisation est faite de gens comme Lizette Mendoza. C'est cela qui est à la racine même de la nature unique de l'Ouest. Et c'est cela qui fait que toute attaque contre eux est particulièrement inacceptable - plus encore que le fait qu'elle était un civil innocent et désarmé.

En mai 2003, une unité de Marines a rendu à l'Autorité Portuaire de New York un drapeau qui avait flotté au World Trade Center. Parmi les Marines participant à cette cérémonie se trouvait le frère de Lizette, le Sgt. Charles Rodriguez, pour qui

Avec le temps, on guérit lentement, mais on n'oublie jamais.


Après cinq ans, et avec tout le respect dû au Sgt. Rodriguez, j'espère qu'il guérit, mais qu'il n'oublie toujours pas.

Après cinq ans, et alors que nous commençons à percevoir ce qui ressemble à de l'indécision de la part de la classe politique, en Afghanistan, Irak, Israël et Europe - et particulièrement devant la menace renouvelée de l'Iran - je me trouve fréquemment à me demander si les Marines doutent parfois.

Je suis prêt à parier que cela leur arrive, bien que peut être moins souvent que nous autres - et certainement moins que ceux qui prétendent nous diriger - en hommes résolus qu'ils sont. Car après tout, même capables de faits surhumains, ils demeurent humains.

Après cinq ans, et s'ils doutent des raisons pour lesquelles ils se battent, considérant leurs pertes dans les attaques initiales sur New York et Washington et les batailles qui en ont découlé en Afghanistan et Irak, alors j'ai envie de leur dire une seule chose :

Dans le doute, souvenez-vous de Lizette Mendoza.

2996button.pngIl y a de nombreuses personnes ੠ se souvenir, et de nombreuses personnes qui sen souviennent individuellement aujourdҒhui : merci de lire les hommages rendus aux victimes du 11 Septembre , en plus de celui-ci.
Top Page 1 / 1 pages
You << September 2006 >> Categories

Today August 02, 2014

You're either not logged in, or not registered as a member.

Or you're just a Smelly Socialist.

So which one is it?

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
         1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30