As of June 2007, I have redesigned and relaunched the site at www.thedissidentfrogman.com/blog
This page won’t be updated anymore, and remains here for archiving purposes. After all, that’s a piece of my history.

I’m just next door, really. I have consolidated all the content of the site since 2002, and I’m running on a much improved software.

Please update bookmarks and blogrolls:
http://www.thedissidentfrogman.com (preferred)
or
http://www.thedissidentfrogman.com/blog

See you there.

A compter de juin 2007, j'ai redesigné et relancé le site en www.thedissidentfrogman.com/blog
Cette page ne sera plus mise à jour, et demeure à titre d'archive. Après tout, c'est un morceau de mon histoire.

Je ne suis pas loin, vraiment. J'ai consolidé tout le contenu depuis 2002, et je tourne sur un logiciel bien plus amélioré.

Merci de mettre à jour bookmarks et blogrolls:
http://www.thedissidentfrogman.com (de préférence)
ou
http://www.thedissidentfrogman.com/blog

Rendez-vous là-bas.

Previous: Bridges, poets & dead trees • Ponts, poètes et arbres morts
Home
Next: Yeah, and I have big ears too • Ouais, et j'ai aussi de grandes oreilles

May 07, 2007

Meet the new clown, same as the old clown • Plus ça change...

Fired from France by the dissident frogman

As always, ever since I reached legal age, I've declined to exert my right to vote at the first turn of the presidential ballot. Indeed, and despite the gazillion of candidates (from the far-left to the far-right), elections in France are eerily similar to those in the Soviet Union: no matter the outcome, a Socialist gets elected.

This one being no different than before, I frankly couldn't be bothered.

However, the spectacle of the (official) Socialist candidate during the big circus debate between the two finalists, and the possibility that she might be elected, was enough to actually convince me to go and vote against her today.

Make no mistake: I have absolutely no consideration for her opponent. I made my mind on Sarkozy a long time ago. Things like this helped me to get the picture. That, and - for instance - his willingness to confiscate guns from their legal and registered owners while letting the jihadist rampage freely during the two weeks of nationwide riots (the 2005 Allah Akbar Tour), or his big push on speed cameras (and fines) assorted with a strategic deployment of police forces to hunt down the vicious honest citizen whenever and wherever he commits the heinous crime of driving his car, in order to give some breathing space to the various victims of society in the Gaza-on-the-Seine strip, so these downtrodden sons and grandsons of immigrants (AKA Fully French Folks) could carry on with gang rapping any broad guilty of being white in the aptly named (as far as the police is concerned) "no-go zones".

All the while talking his way up to his biggest PR hoax: that of appearing as a zero-tolerance Law and Order hero.

Sarkozy is all talk, no walk. Or worse: talk, but walk the other way. A politician as cunning and deceitful as Chirac, only younger.

From his opponent however, the (official) Socialist Royal, one can definitely expect that every single bad political, social and economical idea would be devised and enforced, no matter the cost, and no matter annoying parameters such as "Reality" and "Facts" that do tend to get in the way of Great Social Experiments for the Greater Good of l’Humanité -- and are frankly the only things preventing us from reaching the well overdue Workers' Paradise.

So there was no need to bust a gut figuring this one out: when it comes to Sarkozy's program, one can expect a lot of uncertainties - and therefore the possibility that he won't be that bad (“establish a Social VAT”? That’s just for the show I expect?). With Royal in the seat however, one can rest assured that she would have been a total disaster, and certainly the last nail in France's coffin.

With that in mind, I therefore went to cast my vote. Against Royal. I actually considered using one of Royal's ballots, just writing in front of her name "I vote against ...", but that would have nullified it. Reckoning that democracy can infringe freedom of speech (well, yeah), I picked up the Nicolas Sarkozy ticket and got on with the affair.

Tonight the other socialistcandidate won(1), and some six minutes into the big winner's first address to his minions (I mean, supporters) I already regret the five minutes of my life lost at the voting booth.

Consider this: having been through various domestic issues, where Sarkozy basically pledged to be everything to everybody - I shall confess that this surge of hypocritical paternalism got my blood pressure higher already, but then I remembered that talk is cheap, particularly for this guy - to which he added a large spoon of nationalist bravado (when will a French ever learn the difference between Patriotism and Nationalism? Here's the open question for you) and three cheers for the EU (Leaves the room. Closes the door. Raises his fists. Screams. Takes the Name of the Lord in vain. Repents a bit. Goes back to the video feed on the computer screen), Mr. New President just had a few words for, quote, "our American friends".

Hey, Sarkozy is pro-American right? I mean, he's had his picture taken with the Evil Texan W. Ain't that a proof?

You know, like when it was Jacques C. formerly-known-as-the-French-President, who was the very first head of state to rush to America right after 9/11? And wasn't that a proof too?

Anyway, Sarkozy's American friends shall be delighted to learn that La "France will always be there for l'Amérique", because La France is your friend, BUT Sarko starkly reminds them American friends of ours that friendship implies:

"(...) accepting that your friends might think differently [big cheers from the crowd at this point, prompting Mr New President to repeat the following five words twice - Ed] and that a great nation like the US of A has a duty not to obstruct the struggle against climate change, and on the contrary to take the lead in this fight, because what's at stake is the fate of all mankind."

And that is all Mr. Sarkozy, New President of La France, had to say to his American friends.

Six years on, thousands of people slaughtered by Islamic fascists in New York, Bali, Madrid, London, Israel, Afghanistan and Iraq, thousands of attempts to kill even more civilians and soldiers foiled around the globe, the Long War raging on several fronts with thousands of courageous and dedicated men and women in the line of fire while Iran is steadily making its way to the Holy Nukes of Allah and consistently boasting its commitment to use them, and YET Nicolas Sarkozy, hereafter President of the French Republic, advises the USA to finally get to the really serious problem.

You see, Sagacious Sarko identified the Peril of our Time : the weather's been really nice lately(2) (by the way, somebody ought to tell this guy that this is usually what happens when one comes out of an Ice Age. It's less cold. And therefore, warmer. I know, climatology is such a complicated science that you end up letting Al Gore try to understand it for us, just so we can make fun of him(3).)

A couple of weeks ago, the essential Kenneth Timmerman(4) quoted CIA director Michael Hayden:

"Let me be very clear," CIA Director Michael Hayden told ambassadors from the European Union last month over lunch at the German embassy.

"My countrymen, my government, my Agency and I believe that we are a nation at war. We are in a state of armed conflict with al Qa'ida and its affiliates. We believe that this conflict with al Qa'ida is global in its scope. We also believe that a precondition for our winning this conflict is to take the fight to the enemy wherever he may be."

General Hayden's frank and detailed presentation to the Europeans was aimed at defusing tensions created in part by a European Parliamentary "temporary committee" investigating the CIA's program of "extraordinary renditions" of terrorist suspects.

It was also aimed at rebuking those Europeans demagogues, such as French president Jacques Chirac, who have accused President Bush of single-handedly creating trans-Atlantic tensions,
inciting the Muslim world, and violating the Geneva conventions and international standards of human rights.

"Let me advise you to please NOT assume that the current American approach to the Global War on Terrorism is the product of just one administration or just this president,"

Hayden warned.

From what I've seen of the new European demagogue tonight, I'm afraid I can echo Director Hayden's warning, and advise my American friends to please NOT assume that the late French approach to America was the product of just one administration or just the former president.

Don’t throw away that “F the French” tee-shirt just yet.

1. I do credit Sarkozy for the big plunge taken by the National Front, since he managed to rally a big chunk of their voters in his favor. This should rid us of those far-right socialists for a bit, which is definitely matter to celebrate.
2. In all honesty, I guess it can make some kind of twisted sense: on any given sunny day, the French can lose up to 15,000 innocent civilians, if memory serves.
3. Remember the time we let him figure out all that stuff with personal computing and he came back like he invented the Internet? What a scream! Though not as funny as when he finds that polar bears can't swim, I give you that.
4. I very strongly recommend his book " The French Betrayal of America" (so much that I'm ready to send the style of this sentence to hell by using the qualifier "very" right in front of "strongly". Ain't that a proof?

Comme toujours depuis que j’ai atteint l’âge légal, j’ai décliné l’exercice de mon droit de vote au premier tour des élections présidentielles. En effet, et en dépit de la pléthore de candidats (de l’extrême-gauche à l’extrême-droite), les élections en France sont curieusement semblables à celles en Union Soviétique : quoi qu’il arrive, un Socialiste est élu.

Celle-ci n’étant en rien différente des précédentes, je n’ai pas vu l’utilité de m’en soucier.

Cela étant, le spectacle du candidat socialiste(officiel) pendant le grand cirque débat entre les deux finalistes, et la possibilité qu’elle soit élue ont été suffisant pour me convaincre d’aller voter contre elle aujourd’hui.

Pas de méprise : je n’ai absolument aucune considération pour son adversaire. J’ai formé mon opinion sur Sarkozy il y a longtemps. Des choses comme ça par exemple ont été très utiles. Cela, et – par exemple – sa volonté de confisquer les armes des mains de leurs propriétaires légaux et enregistrés tout en laissant les djihadistes ravager librement le pays pendant les deux semaines d’émeutes nationales (le Tour Allah Akbar 2005), ou sa grande offensive de radars fixes et embarqués (et les amendes qui vont avec) assortie du déploiement stratégique des forces de polices pour traquer le vicieux citoyen honnête partout et dès lors qu’il commet le crime abominable de conduire sa voiture, afin de laisser un peu d’espace aux diverses victimes de la société dans la bande de Gaza-sur-Seine, pour que ces damnés de la terre, fils et petit-fils d’immigrants (et donc absolument français) puissent continuer de violer collectivement toute femelle coupable d’être de race blanche dans les fort bien nommées (en ce qui concerne la police) « zones de non-droit ».

Tout cela en taillant son chemin au bagout vers sa plus belle arnaque en relations publiques : celle de se faire passer pour un champion de la tolérance zéro, de la loi et de l’ordre.

Sarkozy cause, mais ne fait rien. Ou pire : il cause, mais fait l’inverse. Un politicien aussi roublard et faux que Chirac. Seulement plus jeune.

De son adversaire par contre, la socialiste (officielle) Royal, on peut définitivement considérer que toute idée catastrophique en matière politique, sociale et économique aurait été conçue et mise en œuvre, peu importe les coûts, et peu importe ces paramètres légèrement ennuyeux que sont « Réalité » et « Faits » -- paramètres qui ont tendance, il faut bien le dire, à faire obstacle aux Grandes Expériences Sociales pour le Bien de la Communauté Humaine – et sont véritablement les seules choses qui nous empêchent encore d’atteindre le Paradis des Travailleurs.

Pas de quoi fondre un fusible donc, en essayant de se faire une idée : en ce qui concerne le programme de Sarkozy, on peut s’attendre à beaucoup d’incertitudes – et en conséquence, la probabilité qu’il ne puisse pas être si mauvais que ça (une « TVA sociale » ? C’est juste pour le show ça, non ?) Royal dans le fauteuil par contre, c’était la certitude d’un désastre total et certainement le dernier clou dans le cercueil de la France.

Ayant cela à l’esprit, je suis donc allé voter. Contre Royal. J’ai considéré un instant utiliser un de ses bulletins, simplement en écrivant « Je vote contre… » juste devant son nom, mais cela l’aurait invalidé. Reconnaissant là que la démocratie peut porter atteinte à la liberté d’expression (ben ouais), j’ai glissé le ticket Sarko dans l’enveloppe et ai mené l’affaire à son terme.

Ce soir, c’est donc l’autre socialistecandidat qui a gagné(1), et au bout de six minutes du premier discours du grand gagnant devant ses séides (ouais, ouais, « supporters ») je regrette déjà les cinq minutes de ma vie perdues dans l’isoloir.

Ayant passé en revue quelques questions domestiques, où il a principalement pris l’engagement d’être tout pour tout le monde – je
confesse que cet accès de paternalisme hypocrite a poussé ma pression artérielle vers le haut, jusqu’à ce que je me souvienne que ça ne coûte rien de parler, particulièrement pour un type comme lui – auquel il a ajouté une bonne dose de bravade nationaliste (les Français apprendront-ils un jour la différence entre Patriotisme et Nationalisme ? C’est la question ouverte pour vous) et un hourra pour L’UE (Quitte la pièce. Lève les poings. Hurle. Jure le Nom du Seigneur en vain. Se repent un peu. Revient devant le feed vidéo sur l'ordinateur.), M. le Président Nouveau a eu quelques mots pour « nos amis Américains ».

Hé, Sarkozy est pro-Américain s’pas ? Il a eu sa photo de prise avec le grand méchant Texan W. C’est pas une preuve ça ?

Vous savez bien, comme Jacques C. ci-devant-sortant-Président-de-France, qui avait été le premier chef d’état à se précipiter en Amérique juste après le 11 Septembre ? C’était pas une preuve ça aussi ?

Bref, les amis américains de Sarkozy seront enchantés d’apprendre que « la France sera toujours aux côtés de l’Amérique » parce que la France est votre amie, MAIS Sarko rappelle à ces amis américains à nous-à nous que l’amitié

« (…) c’est accepter que ses amis puissent penser différemment [ceci soulève un tel enthousiasme de la foule que M. Président Nouveau doit répéter les mots qui suivent – ed.] et qu’une grande nation comme les États-Unis a le devoir de ne pas faire obstacle à la lutte contre le réchauffement climatique, et au contraire de prendre la tête de ce combat parce que ce qui est en jeu c’est le sort de l’humanité toute entière. »

Et c’est tout ce que M. Sarkozy, Président Nouveau de la France, avait à dire à ses amis Américains.

Six ans déjà, et après des milliers de victimes aux mains des fascistes islamiques à New York, Bali, Madrid, Londres, en Israël, en Afghanistan et en Irak, des milliers de tentatives de tuer encore plus de citoyens et de soldats déjouées tout autour du monde, la Longue Guerre qui fait rage sur plusieurs fronts et compte des milliers d’hommes et de femmes courageux et dévoués en première ligne tandis que l’Iran s’achemine obstinément vers la Sainte Bombe-A d’Allah et affirme à l’envi son intention de s’en servir, QU’IMPORTE, Nicolas Sarkozy ci-devant Président de la République Française conseille aux USA de se préoccuper enfin du véritable problème.

La sagace Sarkozy a identifié le Péril de notre Temps : il fait vraiment beau ces jours-ci(2) (au fait, quelqu’un devrait se dévouer et lui expliquer que c’est généralement ce qui se produit lorsque l’on sort d’une ère glaciaire. Il fait moins froid. Donc plus chaud. Je sais, la climatologie c’est vachement compliqué, à tel point qu’on finit par laisser Al Gore essayer de la comprendre pour nous, juste pour pouvoir nous moquer de lui(3).)

Il y a quelques semaines, l’essentiel Kenneth Timmerman(4) citait le directeur de la CIA Michael Hayden:

"Permettez-moi d’être très clair," a déclaré le directeur de la CIA Michael Hayden aux ambassadeurs de l’Union Européenne le mois dernier lors d’un déjeuner à l’ambassade d’Allemagne.

"Me concitoyens, mon gouvernement, mon agence et moi-même nous considérons comme une nation en guerre. Nous sommes dans un état de conflit armé avec Al-Qaeda et ses associés. Nous pensons que ce conflit avec Al-Qaeda est global. Nous pensons également que les conditions requises pour gagner ce conflit sont d’aller chercher et combattre l’ennemi où qu’il se trouve."

La présentation franche et détaillée de Hayden aux Européens visait à atténuer les tensions créées en partie par le “comité temporaire” du Parlement Européen enquêtant sur le programme de la CIA d’extradition « extraordinaire » des suspects de terrorisme.

Elle visait également à contredire ces démagogues européens, tel le président français Jacques Chirac, qui ont accusé le président Bush de créer de lui seul les tensions transatlantiques, de provoquer le monde musulman, et de violer les conventions de Genève et les lois internationales des droits de l’homme.

"Permettez-moi de vous conseiller, s’il vous plait, de NE PAS partir du principe que l’approche américaine actuelle de la Guerre Globale contre le Terrorisme est le fait de cette seule administration ou juste de ce président," A mis en garde Hayden.

De ce que j’ai pu voir du nouveau démagogue Européen ce soir, je crains d’avoir à imiter la mise en garde du directeur Hayden et conseiller à mes amis américains de NE PAS partir du principe que l’approche française de l’Amérique était le fait d’un gouvernement en particulier ou juste du précédent président.

Ne jetez pas tout de suite votre tee-shirt « F the French ».

1. Je crédite tout de même Sarkozy pour la plongée du Front National. Ca devrait nous débarrasser de ces socialistes d’extrême-droite pour quelque temps, ce qui vaut bien un petite fête.

2. Il faut bien reconnaitre que cela peut avoir un sens : dès qu’il fait beau en France, nous pouvons perdre jusqu’à 15,000 civils innocents, si j’ai bonne mémoire.
3. Vous vous souvenez de la fois où on l'avait laissé se dépatouiller avec les ordinateurs, et qu'il nous avait sorti qu'il avait inventé l'Internet ? La crise! Bon d'accord, pas aussi drôle que quand il nous sort que les ours polaires peuvent pas nager, je vous l'accorde.
4. Je recommande chaudement son livre " The French Betrayal of America"